Immobilier: les acheteurs chinois attirés par le Canada en raison de l'éducation

C'est la raison évoquée par 46 % des potentiels... (Photo Mike Cassese, archives Reuters)

Agrandir

C'est la raison évoquée par 46 % des potentiels acquéreurs qui cherchaient une propriété à Montréal, par 44 % de ceux qui se sont tournés vers Vancouver, par 41 % de ceux qui voulaient opter pour Toronto et par 9 % de ceux qui cherchaient plutôt à Calgary.

Photo Mike Cassese, archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Linda Nguyen
La Presse Canadienne
Toronto

La raison principale qui pousse des acheteurs chinois à se tourner vers le marché de l'immobilier canadien est l'éducation et non l'investissement, selon les données recueillies par un populaire site web d'annonces et de ventes immobilières.

Si l'on se fie aux statistiques dévoilées mardi par le site juwai.com en partenariat avec Sotheby's International Realty Canada, l'éducation est la motivation première des potentiels acheteurs chinois ayant consulté, en 2016, des annonces immobilières correspondant à des propriétés qui se trouvent dans les plus grandes villes canadiennes.

C'est la raison évoquée par 46 % des potentiels acquéreurs qui cherchaient une propriété à Montréal, par 44 % de ceux qui se sont tournés vers Vancouver, par 41 % de ceux qui voulaient opter pour Toronto et par 9 % de ceux qui cherchaient plutôt à Calgary.

La deuxième source de motivation à couramment ressortir est celle de chercher un endroit pour «son propre usage», ce qui peut signifier que la propriété est utilisée comme une résidence secondaire ou comme troisième résidence.

L'investissement est la source de motivation qui arrive après, évoquée par un quart des personnes en recherche d'une propriété.

Ces nouvelles statistiques font ressortir les croyances des Canadiens entourant les motivations des acheteurs chinois à s'intéresser au marché immobilier canadien, estime le président de Sotheby's International Realty Canada, Brad Henderson.

«Je pense vraiment qu'une grande partie de la perception que les gens ont des acheteurs étrangers, et particulièrement à l'égard de ceux venant de la Chine, se base sur des informations anecdotiques plutôt que sur des statistiques», a-t-il dit en entrevue.

Les données indiquent par ailleurs que la plupart des Chinois cherchant à acheter au Canada cherchaient des propriétés dont le prix était inférieur à 655 050 $.

La taxe foncière de 15 % imposée aux acheteurs étrangers à Vancouver semble par ailleurs avoir eu une incidence, faisant chuter l'intérêt pour Vancouver au profit d'autres villes canadiennes comme Calgary.

Le Canada se retrouve au troisième rang des pays attirant les acheteurs chinois par son marché immobilier, tout de suite après les États-Unis et l'Australie.




publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer