Condos neufs: les ventes grimpent de 52% à Montréal

Depuis un an, les chiffres de la firme... (Photo Robert Skinner, Archives La Presse)

Agrandir

Depuis un an, les chiffres de la firme Altus indiquent que la quantité de condos neufs invendus, disponibles pour occupation immédiate, a fléchi de 19 % dans le Grand Montréal.

Photo Robert Skinner, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les ventes de condos neufs ont bondi de plus de 50 % à Montréal au cours des derniers mois, un élan qui pourrait toutefois être entravé par le resserrement récent des règles hypothécaires.

>>> Réagissez sur le blogue immobilier de Maxime Bergeron

Selon un rapport de la firme Altus, le nombre de transactions a grimpé de 52 % au troisième trimestre de 2016 par rapport à la même période un an plus tôt. Certains sous-secteurs de la métropole ont connu des hausses encore plus marquées, comme le centre-ville (+ 77 %), la Rive-Sud (+ 111 %) et l'ouest du quartier des affaires, où se trouve le Centre Bell (+ 192 %).

« Les conditions du marché du centre-ville se sont nettement améliorées [grâce] au raffermissement de la demande depuis quatre trimestres », a résumé Vincent Shirley, directeur au Groupe Altus, cité dans le document.

Deux records ont été battus coup sur coup au centre-ville, avec plus de 500 condos neufs vendus à chacun des deux derniers trimestres comptabilisés par Altus. (Les données du quatrième trimestre ne sont pas encore disponibles.)

COUP DE FREIN EN VUE ?

Cette cadence effrénée se poursuivra-t-elle dans les mois à venir ? Rien n'est moins sûr.

Ottawa a imposé en octobre dernier de nouvelles règles hypothécaires plus strictes, qui réduiront l'accès à la propriété pour les premiers acheteurs. Vincent Shirley dit avoir des « appréhensions » quant à « l'effet négatif » que pourraient avoir ces mesures sur la demande de condos neufs.

Des données de la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM), publiées la semaine dernière, confirment néanmoins que la demande d'habitations s'est maintenue jusqu'à la toute fin de 2016 dans la métropole.

Au total, 2476 propriétés existantes ont changé de main le mois dernier à l'échelle métropolitaine. Cela représente une hausse de 3 % sur un an et le mois de décembre le plus actif depuis cinq ans, a souligné la CIGM.

PREMIERS ACHETEURS

La répartition des ventes laisse toutefois entrevoir un changement dans la dynamique du marché. Parmi les changements règlementaires imposés par Ottawa, les banques sont maintenant tenues de réaliser un « test de résistance » (stress test) chez tous les acheteurs qui injectent moins de 20 % de mise de fonds. Ce changement, qui réduira la capacité d'emprunt de certains jeunes ménages, transparaît déjà dans les statistiques.

Les ventes ont reculé de 10 % dans la gamme de prix de 200 000 $ à 300 000 $ en décembre, tandis qu'elles ont bondi de 32 % pour les résidences de plus de 500 000 $. Daniel Dagenais, président du conseil de la CIGM, y voit « possiblement un premier signe des effets des derniers resserrements hypothécaires ».

Il reste que le marché montréalais continue à se rééquilibrer après des années d'offre excédentaire. Le nombre de propriétés existantes à vendre a reculé de 13 % depuis un an et s'élève maintenant à 25 672.

La quantité de condos neufs invendus, disponibles pour occupation immédiate, a pour sa part fléchi de 19 % depuis un an dans le Grand Montréal, selon les données d'Altus. On en comptait 1340 à la fin du troisième trimestre de 2016.

Partager

publicité

publicité

publicité

Blogues >

Blogues >

Le blogue immobilier

Le blogue immobilier

Merci, bonsoir

publicité

image title
Fermer