Hôtels Starwood: un assureur chinois fait une offre

À la tête d'un consortium d'investisseurs (Primavera Capital... (photo WILFREDO LEE, archives ap)

Agrandir

À la tête d'un consortium d'investisseurs (Primavera Capital et JC Flowers), le groupe chinois Anbang a approché Starwood (St Regis, W, Westin, Le Méridien ou Sheraton) pour le racheter.

photo WILFREDO LEE, archives ap

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Luc OLINGA
Agence France-Presse
NEW YORK

Le groupe d'assurance chinois Anbang, déjà propriétaire du palace art déco Waldorf Astoria, veut casser sa tirelire pour s'unir à la chaîne hôtelière américaine Starwood, pourtant promise à son compatriote Marriott International.

À la tête d'un consortium d'investisseurs (Primavera Capital et JC Flowers), le groupe chinois a approché Starwood (St Regis, W, Westin, Le Méridien ou Sheraton) pour le racheter, a indiqué lundi à l'AFP une source proche du dossier.

Marriott a confirmé que l'assureur chinois était bien le groupe ayant fait une proposition à Starwood le 10 mars. Sollicité par l'AFP, Anbang s'est refusé à tout commentaire.

Le prix proposé - 12,8 milliards de dollars en numéraire - est supérieur aux 12,2 milliards mis sur la table en novembre par Marriott qui veut unir ses marques haut de gamme (Ritz-Carlton, Renaissance, JW Marriott ou Gaylord) à celles de son compatriote.

L'offre d'Anbang est ferme et pourrait être officialisée d'ici la fin du mois, a confié la source. Starwood a jusqu'au 17 mars à minuit, heure de New York, pour discuter avec des courtisans éventuels, selon les termes de ses fiançailles avec Marriott.

Anbang et ses partenaires se seraient également engagés à maintenir en place l'équipe dirigeante de Starwood et à ne pas toucher à l'emploi, contrairement à la fusion Starwood-Marriott qui prévoit 200 millions de dollars par an d'économies.

Autre point important: Anbang, fondé en 2004 par Wu Xiaohui, qui est marié à la petite-fille de l'ancien dirigeant du parti communiste Deng Xiaoping, ne veut pas toucher au programme de fidélité de Starwood, notamment les avantages accordés par la carte de membre.

Starwood et Marriott ont affirmé lundi maintenir leurs fiançailles. Néanmoins « il sera difficile pour le conseil d'administration de Starwood de rejeter cette offre qui est clairement supérieure à celle de Marriott », estime l'analyste Ryan Meliker chez Canaccord Genuity.

Pour lui, une annulation du mariage serait un coup dur pour Marriott, qui misait sur cette fusion pour poursuivre son expansion, notamment en Chine, en Inde et en Europe, zones où Starwood est bien installé.

Ambitions internationales

L'approche d'Anbang sur Starwood confirme l'intérêt des groupes chinois pour le secteur immobilier américain et coïncide avec les turbulences sur les places financières asiatiques sur fond de craintes sur la croissance dans la région.

Des opérations de grande envergure se sont ainsi multipliées ces derniers mois mais le conglomérat Fosun International et surtout Anbang sont de loin les plus actifs sur la scène internationale.

Initialement spécialiste de l'assurance voiture, l'assureur chinois est en train de finaliser le rachat de la chaîne d'hôtels de luxe américaine Strategic Hotels and Resorts pour 6,5 milliards de dollars au fonds Blackstone, a indiqué lundi à l'AFP une source proche du dossier.

Strategic Hotels and Resorts, basé à Chicago, est une Fiducie de placements immobiliers propriétaire de 16 hôtels de luxe représentant près de 7500 chambres, dont l'hôtel del Coronado à San Diego et le JW Marriott Essex House au sud de Central Park à New York.

L'empire Anbang, qui gère pour 253 milliards de dollars d'actifs avec des participations dans les plus grandes institutions financières chinoises dont les banques ICBC et China Merchants Bank, ne se limite pas aux États-Unis.

En février, l'assureur chinois a fait une irruption spectaculaire dans l'immobilier commercial au Canada en prenant d'importantes participations dans les tours Bentell au centre historique de Vancouver lors d'enchères. Quelques mois plus tôt, Anbang avait racheté la tour HSBC à Toronto pour 110 millions de dollars.

Le groupe chinois, qui a débuté avec 60 millions de dollars seulement selon la légende, n'a connu qu'un seul revers dans ses ambitions internationales.

La Banque du Portugal avait rejeté en septembre dernier son offre de rachat de 3,5 milliards d'euros de Banco Novo, née du rassemblement des actifs sains de Banco Espirito Santo, qui a succombé à la crise financière et entraîné la ruine de milliers de petits épargnants au Portugal.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer