Exclusif

Sun Life transfère 300 emplois dans le Mile End

Selon nos informations, Sun Life a signé une... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Selon nos informations, Sun Life a signé une offre conditionnelle avec Allied Properties en vue de louer un étage complet au 5445, avenue De Gaspé.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sun Life installera 300 employés dans le Mile End, près des bureaux d'Ubisoft, la première incursion majeure d'une société financière dans ce quartier réputé pour avoir la plus forte concentration d'artistes du Canada.

Selon nos informations, Sun Life a signé une offre conditionnelle avec Allied Properties en vue de louer un étage complet au 5445, avenue De Gaspé, près de la rue Saint-Viateur. Le fonds immobilier torontois a racheté cet immeuble et son voisin identique - deux anciennes gigantesques manufactures de textile - en vue de créer un nouveau pôle de bureaux dans le secteur.

« Pour nous, c'est vraiment une bonne nouvelle parce qu'on est en train de gérer de la croissance et de l'expansion », a affirmé Diane Lafontaine, vice-présidente adjointe, marketing et communications, à la Financière Sun Life.

Un premier groupe d'une centaine de travailleurs devrait déménager d'ici la fin de l'année. Il s'agira surtout de concepteurs d'applications mobiles et de sites web, qui ont déjà été avisés du déménagement par leur employeur.

Tendance lourde

La décision de la Sun Life s'inscrit dans une tendance lourde observée depuis quelques années à Montréal et dans plusieurs autres villes nord-américaines. De plus en plus d'institutions financières déplacent certaines catégories d'employés vers les quartiers périphériques en vue d'économiser sur les loyers. La TD et la RBC ont ainsi transféré environ 3000 travailleurs dans deux immeubles du quartier Mile-Ex, non loin du Mile End.

« Tout ce qui est centre d'appels, back office, ça ne leur sert à rien de garder ça [au centre-ville] à 45 $ du pied carré, alors qu'ils peuvent payer moitié moins cher dans les quartiers comme le Mile End », a expliqué Andrew Maravita, directeur général de la firme immobilière Colliers International Québec.

À la Sun Life, Diane Lafontaine affirme que ce transfert vers le Mile End ne constitue en rien une rationalisation des activités, bien au contraire. Le groupe conservera ses 11 étages de bureaux dans son gratte-ciel patrimonial du centre-ville, où travaillent environ 1900 personnes. De nouveaux postes seront aussi créés, a dit la porte-parole.

L'entente de location pour les nouveaux bureaux est signée, « mais pas finalisée à 100 % », a précisé Mme Lafontaine. L'entreprise a analysé des immeubles dans plusieurs quartiers de Montréal pendant six mois avant d'arrêter son choix sur le Mile End. « Ça va être un nouvel environnement de travail un peu plus agile, qui va permettre l'innovation et la créativité. »

Selon une source immobilière bien au fait du dossier, il s'agit d'un « gros coup » pour le fonds torontois Allied et son mandataire montréalais.

Allied a injecté plusieurs dizaines de millions pour acheter et rénover les deux immeubles de l'avenue De Gaspé, qui totalisent 1 million de pieds carrés, soit davantage que le 1000 De La Gauchetière, le plus haut gratte-ciel de Montréal. C'est la première fois qu'une entreprise strictement financière installe ses pénates dans ces bureaux.

Une bonne «mixité», selon les artistes

L'arrivée massive du fonds torontois Allied dans le Mile End a créé des remous chez les artistes, eux qui profitaient depuis des années de loyers dérisoires dans ce secteur semi-industriel du Plateau Mont-Royal. Après une forte mobilisation au début des années 2010, ils ont conclu une entente avec le groupe Allied pour la location de 200 000 pi2 - plus de quatre étages - à taux préférentiel aux 5445 et 5455, avenue De Gaspé, sur une période de 30 ans.

Une expérience fructueuse à ce jour, dit Gilles Renaud, directeur général de l'organisme à but non lucratif Ateliers créatifs, qui gère ces locaux. « La cohabitation se passe bien, dans le sens où il y a une mixité d'usages et une certaine synergie. Ça a demandé à s'apprivoiser de part et d'autre. » M. Renaud ne se dit pas inquiet de l'arrivée prochaine de la Sun Life.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer