Immobilier montréalais: le prix des condos recule de 4%

Une propriété à vendre à prix réduit.... (PHOTO FRANÇOIS ROY)

Agrandir

PHOTO FRANÇOIS ROY

Une propriété à vendre à prix réduit.

(Montréal) Le marché immobilier montréalais entame l'année sur une note descendante, avec des baisses de ventes dans toutes les catégories et un recul de 4% du prix médian des condos dans l'île.

Selon la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM), la valeur de revente médiane des copropriétés s'est établie à 252 000$ le mois dernier dans l'île, contre 261 375$ en janvier 2012. Un recul significatif, qui ne devrait toutefois pas alarmer le marché, affirme Paul Cardinal, directeur de l'analyse de marché à la CIGM.

«Il y a un effet de composition: le fait qu'il y a ait eu moins de transactions dans les secteurs les plus dispendieux a tiré la médiane vers le bas», a-t-il fait valoir hier en entrevue à La Presse Affaires.

La baisse marquée des ventes, qui touchait surtout les copropriétés d'entrée de gamme depuis six mois, s'est propagée en janvier aux appartements plus dispendieux. Or, selon une méthode de calcul jugée plus fiable par la CIGM, le prix des condos a quelque peu augmenté en janvier.

L'indice du prix des propriétés (IPP) - qui compare l'évolution du prix de propriétés « repères » ayant des caractéristiques similaires en termes de géographie, d'âge et de superficie-- a ainsi grimpé de 2,6% dans la catégorie appartements de l'île de Montréal le mois dernier, selon la CIGM.

Il reste que cette hausse est l'une des plus faibles des dernières années, et elle reflète un changement de cap certain du marché de la copropriété, reconnaît Paul Cardinal. « On s'en va vers un marché d'acheteurs, probablement avant l'été. »

Le phénomène de « composition » a aussi influencé les statistiques touchant les maisons unifamiliales en janvier, dans le sens inverse. Leur prix médian a grimpé de 11%. Cependant, l'IPP a seulement avancé de 3,6% dans l'île, et de 2,7% dans la région métropolitaine.

Réactions mitigées

Ce portrait mitigé du mois de janvier a suscité des réactions contrastées chez les analystes. Hélène Bégin, économiste principale au Mouvement Desjardins, estime qu'il ne faut pas y voir une tendance lourde. « La pause de janvier n'est pas la nouvelle norme pour les prix », a-t-elle avancé.

Elle estime que la valeur de revente des copropriétés progressera très légèrement -en bas de 2%-- cette année à Montréal.

Ben Rabidoux, analyste à la firme torontoise M Hanson Advisors, trouve pour sa part les statistiques de janvier « carrément atroces ». Il souligne que l'inventaire de propriétés à vendre est à un sommet pour un mois de janvier, tandis que les ventes sont à un creux d'une décennie (en excluant la crise de 2009).

« Il y a un déséquilibre immense entre l'offre et la demande en ce moment », a-t-il souligné.

Au total, 2101 propriétés ont changé de main le mois dernier dans le Grand Montréal, une baisse de 14% sur un an. Près de 29 000 résidences sont affichées sur le système MLS en ce moment, un bond de 9% par rapport à janvier 2012.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer