Blackstone achète 16 000 maison aux États-Unis

Sur le même thème

La hausse des prix a convaincu Groupe Blackstone d'acheter 16... (Photo: Reuters)

Agrandir

Photo: Reuters

La hausse des prix a convaincu Groupe Blackstone d'acheter 16 000 maisons qu'il destine à la location ces dernières semaines.

La Presse

(Montréal) Les prix augmentant plus rapidement que prévu, Blackstone Group LP, le plus important propriétaire foncier privé aux États-Unis, s'est empressé de dépenser plus de 2,5 milliards US pour l'achat de 16 000 maisons unifamiliales servant à la location.

Ces acquisitions s'ajoutent à celles déjà réalisées par l'entreprise et dont la valeur atteignant 1 milliard US en octobre, époque à laquelle Blackstone consacrait 100 millions US par semaine à l'achat de maisons, selon Stephen Schwarzman, son président.

«Le marché bouge beaucoup plus vite que quiconque aurait pu imaginer», a affirmé Jonathan Gray, responsable mondial de l'immobilier, en entrevue au siège social de Blackstone, à New York.

Neuf marchés cibles

Aux États-Unis, Blackstone est le plus important investisseur dans les maisons unifamiliales de location, concentrant ses acquisitions dans neuf marchés très touchés par la crise, d'Atlanta à Phoenix, en passant par Chicago, Las Vegas, la Californie du Nord et du Sud, ainsi que Miami, Orlando et Tampa, en Floride.

L'entreprise, aux côtés de Colony Capital LLC de Thomas Barrack et de Two Harbors Investment Corp (SBY), souhaite transformer un marché dominé par les petits investisseurs en une nouvelle catégorie d'actifs institutionnels qui, selon JP Morgan Chase&Co. (JPM), pourrait valoir 1500 milliards US.

La ruée vers l'or

Le marché, dominé jusqu'à maintenant par les petits propriétaires, pourrait totaliser 12 millions de maisons et atteindre le double de la taille du marché multifamilial institutionnel, selon une note récente rédigée par des analystes de JP Morgan dirigés par Anthony Paolone. «Une structure d'entreprise autour de laquelle on retrouve du capital institutionnel est logique», expliquent-ils.

Blackstone, qui a commencé l'an dernier sa ronde d'acquisitions, tente de battre de vitesse la reprise immobilière alors que l'augmentation des prix aux É.-U. a dépassé les prévisions des économistes, les régions les plus touchées par le krach s'étant relevées le plus vite.

L'indice S&P/Case-Shiller sur la valeur des propriétés dans 20 villes américaines a augmenté de 4,3% au cours des 12 mois se terminant en octobre, la plus imposante progression sur 12 mois depuis mai 2010, selon le groupe. Les prix augmenteront de 3,3% en 2013, après une hausse évaluée à 4,5% l'an dernier, selon les estimations médianes de 15 économistes et analystes immobiliers sondés par Bloomberg News.

Blackstone réalise ses acquisitions par l'entremise d'enchères de biens saisis et de ventes à découvert dans lesquelles les banques acceptent moins que le montant d'hypothèque qui leur est due, 5 millions de propriétaires ayant perdu leur maison aux États-Unis depuis le sommet atteint par le marché en 2006.

Flux de trésorerie

Blackstone a acheté si rapidement qu'elle «emmagasine» plus de la moitié des maisons acquises, le temps de finaliser la transaction et d'embaucher le personnel et les entrepreneurs nécessaires pour les rénover et les louer, a affirmé Jonathan Gray. Comme il l'a précisé, environ 30 jours sont nécessaires pour remettre une maison en état et jusqu'à 30 jours pour la louer.

Blackstone tirera ultimement profit de la hausse des prix des propriétés. D'ici là, elles généreront revenus et flux de trésorerie, a conclu M. Gray.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer