Immobilier: la formation des courtiers devient obligatoire

Québec donne un tour de vis supplémentaire pour encadrer la profession de... (Photo Rémi Lemée, archives LaPresse)

Agrandir

Photo Rémi Lemée, archives LaPresse

Québec donne un tour de vis supplémentaire pour encadrer la profession de courtier immobilier et rendra la formation obligatoire à l'obtention d'une licence dès septembre prochain.

Le gouvernement avait promulgué la nouvelle Loi sur le courtage beaucoup plus sévère en 2010, mais la formation demeurait facultative. Résultat: le taux de réussite des examens de l'Organisme d'autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ), qui délivre les permis de pratique, a chuté de façon draconienne.

Le taux de succès est passé de 75% avant 2010 à 35% l'année suivante, avant de remonter aux environs de 58% cette année. La nouvelle formation obligatoire contribuera à faire en sorte que les aspirants courtiers immobiliers et hypothécaires auront une meilleure préparation, s'est réjoui hier Robert Nadeau, président et chef de la direction de l'OACIQ.

«Je pense que les nouveaux arrivants vont être déjà beaucoup plus aptes à faire ce qu'il faut pour conclure une transaction, tant du point de vue déontologique que de celui de la rédaction de documents et de la connaissance du droit», a-t-il indiqué à La Presse Affaires.

«Ce qu'on doit dire, lorsqu'on donne un permis, c'est: cette personne-là est apte à faire une transaction dès la journée 1, a poursuivi M. Nadeau. La réforme de 2010, c'était parce qu'on était de moins en moins à l'aise de le dire.»

Détails à régler

Plusieurs détails doivent être bouclés d'ici à septembre prochain. L'OACIQ devra notamment déterminer la durée précise des formations, ainsi que la liste des maisons d'enseignement qui seront accréditées. À l'heure actuelle, divers instituts offrent des cours facultatifs d'environ 300 heures en vue de préparer les élèves aux tests.

Une partie du travail a déjà été fait, indique Robert Nadeau. «On a déjà commencé depuis avril dernier à travailler avec les maisons d'enseignement, qui, à notre belle et grande surprise, ont bien répondu, et les résultats y sont.»

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer