André Allaire, PDG de BBA: un nouveau cycle minier porteur d'espoir

Titulaire d'une maîtrise et d'un doctorat en génie... (Photo François Roy, La Presse)

Agrandir

Titulaire d'une maîtrise et d'un doctorat en génie métallurgique de l'Université McGill, André Allaire a oeuvré durant une quinzaine d'années comme consultant, notamment pour la société-conseil en ingénierie Hatch, avant d'être recruté en 2004 par BBA, qui souhaitait développer une expertise dans le secteur minier.

Photo François Roy, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Heureuse coïncidence ou signe du destin, la firme d'ingénierie BBA, spécialisée en énergie, mines et métaux, a obtenu son premier gros contrat dans le secteur minier il y a une quinzaine d'années en devenant responsable de l'implantation et de la construction de la mine de fer du Lac Bloom, et c'est elle qui accompagne aujourd'hui la société Minerai de fer Québec dans son projet de relance des opérations de cet important gisement dans la région de Fermont.

André Allaire, PDG de BBA, se souvient très bien du contrat de la Consolidated Thompson, puisque c'est lui qui était responsable de la nouvelle division mines et métaux que venait de mettre sur pied la firme d'ingénieurs BBA, établie à Saint-Hilaire.

Titulaire d'une maîtrise et d'un doctorat en génie métallurgique de l'Université McGill, André Allaire a oeuvré durant une quinzaine d'années comme consultant, notamment pour la société-conseil en ingénierie Hatch, avant d'être recruté en 2004 par BBA, qui souhaitait développer une expertise dans le secteur minier.

« On était en plein dans le super cycle minier des années 2000 », explique André Allaire.

« Les prix étaient en forte hausse, et BBA, qui était spécialisée en génie électrique pour les gros consommateurs d'énergie, tels que les alumineries et les aciéries, voulait intervenir dans le secteur minier parce que c'était un moyen de se rapprocher de ses clients dès le début de leurs projets d'investissement. » - André Allaire

En 2004, la division minière de BAA comptait quatre ingénieurs sur les 150 employés du groupe. Avec les années, le secteur des mines et de la métallurgie a pris une ampleur considérable pour occuper aujourd'hui la moitié des 700 employés du groupe.

André Allaire est PDG de la firme d'associés depuis cinq ans maintenant, et le groupe a inauguré cette année ses nouveaux bureaux montréalais où s'activent 120 professionnels de l'ingénierie dans un environnement totalement décloisonné.

BBA a notamment réalisé toute l'ingénierie du projet de mine d'or à Malartic pour Osisko et le projet de la mine Detour Gold dans le nord de l'Ontario.

La firme est évidemment bien implantée sur la Côte-Nord, où elle est partenaire de l'Iron Ore du Canada et d'ArcelorMittal tout en supervisant la relance des activités du Lac Bloom pour Minerai de fer Québec (la coentreprise détenue à 63 % par Champion Iron et à 37 % par Investissement Québec).

NOUVEAU SOUFFLE MINIER

La résurrection de l'exploitation du gisement de fer du Lac Bloom est une autre indication, selon André Allaire, que la reprise est bel et bien engagée dans le secteur minier.

« Le secteur minier a été secoué une première fois par la crise mondiale de 2008, puis par l'effondrement des prix en 2012. Mais depuis un an, on sent que l'activité reprend de plus belle. Le prix du zinc a fait une belle remontée, et celui du cuivre devrait faire pareil au cours de la prochaine année.

« On recommence à faire des analyses économiques pour les sociétés minières. C'est un signe que l'intérêt reprend. Il faut savoir que la demande mondiale pour les matières premières n'a jamais diminué. Il y avait surabondance de l'offre, et cela s'est corrigé », observe André Allaire.

« Le processus d'urbanisation se poursuit partout dans le monde, et cela prend du fer, du ciment, des ressources. » - André Allaire

La crise de 2012 a fait mal à BBA, qui a dû réduire ses effectifs de 800 à 500 employés. La firme d'ingénierie a alors entrepris une révision stratégique en décidant d'orchestrer une expansion canadienne.

« On a ouvert des bureaux à Vancouver, Calgary et Toronto en misant sur les secteurs de l'énergie, du pétrole et gaz. Les mines et la métallurgie représentent 50 % de nos activités, l'énergie, 35 % et le pétrole et ses industries connexes, 15 % », résume André Allaire.

MOBILISER LES TROUPES

La semaine dernière, BBA a obtenu la certification platine à titre du programme Employeurs de choix au Canada en 2018, réalisé par la firme Aon Canada. C'est la cinquième année de suite où BBA se classe dans le palmarès Employeurs de choix au Canada, mais la première fois qu'elle obtient la marque platine.

Chaque année, la firme de ressources humaines Aon réalise un sondage détaillé auprès des employés des grandes entreprises canadiennes pour mesurer la mobilisation, le leadership et la culture de performance des organisations.

André Allaire est fier de voir BBA figurer en tête de ce palmarès parce que cette évaluation permet de bien mesurer l'engagement des employés par rapport à leur organisation, un élément-clé, selon lui, de la réussite d'une entreprise.

« On ne participe pas à ce programme pour la reconnaissance mais bien pour mesurer le niveau de mobilisation de nos employés. Certains rédigent jusqu'à 20 pages de commentaires pour expliquer combien il est important pour eux d'être pleinement engagés dans l'organisation », explique le PDG.

« Avoir une équipe qui est mobilisée autour des objectifs de l'entreprise, c'est précieux. Et c'est aussi le commentaire qui ressort de la part de nos 60 plus gros clients, que l'on sonde chaque année et qui sont frappés par l'engagement que nos employés partagent envers les succès de leur entreprise », relève avec une grande satisfaction André Allaire.




publicité

publicité

publicité

publicité

la liste:3762:liste;la boite:318296:box

À lire sur La Presse Affaires

Précédent |

publicité

image title
Fermer