Des économies d'énergie qui se transforment en or

Selon Bernard Poulin, PDG du Groupe SM International,... (Photo David Boily, La Presse)

Agrandir

Selon Bernard Poulin, PDG du Groupe SM International, SMi Enerpro va franchir d'ici trois ans seulement le cap des 100 millions de revenus annuels. Le plan de match prévoit que la coentreprise Enerpro-TPG fasse alors son entrée en Bourse pour poursuivre sa croissance.

Photo David Boily, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Groupe SM International (SMi) - une société d'ingénierie, de gestion de projets et d'intégration de systèmes active dans plusieurs secteurs d'activité - a développé une solution d'optimisation énergétique qui s'impose avec succès dans les immeubles de bureaux, les centres commerciaux et les centres de données. Le PDG, Bernard Poulin, est convaincu que sa division SMi Enerpro est vouée à connaître une expansion internationale fulgurante.

SMi Enerpro a conclu il y a tout juste deux mois un partenariat majeur avec le fonds TPG - l'un des plus gros fonds d'investissement des États-Unis, avec quelque 60 milliards US d'actifs sous gestion, dont la majorité des casinos de Las Vegas - pour financer le déploiement de sa solution d'optimisation d'énergie.

«TPG a créé un fonds de 50 millions pour financer l'implantation de notre technologie dans les édifices qui veulent réduire leur coût énergétique et leur empreinte environnementale. C'est TPG qui réalise tout le financement de nos installations.

«Dans tous les immeubles où on intervient, on garantit une économie d'au moins 43% des coûts d'énergie. Ça peut être beaucoup plus.

«On analyse les systèmes de chauffage et de climatisation, on les modifie avec notre technologie, à nos frais, mais on demande en retour d'obtenir 80% des économies réalisées dans les cinq premières années d'implantation de nos systèmes», résume Bernard Poulin, PDG de la société multidisciplinaire.

100 millions de revenus annuels

En 2013, SMi Enerpro a généré des revenus de 7 millions. Pour 2014, les prévisions de revenus sont de 13 millions, mais l'entreprise a déjà enregistré pour 38 millions de dollars de nouvelles commandes.

Selon Bernard Poulin, SMi Enerpro va franchir d'ici trois ans seulement le cap des 100 millions de revenus annuels. Le plan de match prévoit que la coentreprise Enerpro-TPG fasse alors son entrée en Bourse pour poursuivre sa croissance.

«Les coûts d'énergie sont un facteur majeur dans le secteur immobilier. L'ensemble des édifices représente 40% de la consommation d'énergie globale et 40% des émissions de carbone. C'est un marché immense», souligne Bernard Poulin.

SMi Enerpro a déjà près de 200 installations de réalisées en Amérique du Nord, en Europe et au Moyen-Orient. Bernard Poulin, qui revient d'un séjour à Dubaï - où Enerpro a déjà signé huit ententes de reconditionnement - constate que la demande est forte.

«On a fait les centres de données de Google et de Microsoft aux États-Unis et ceux de Cogeco au Canada. On a des ententes aussi pour reconditionner les systèmes de navires de croisières. Dans le secteur hôtelier, on a fait le George V à Paris et le Four Seasons de Genève», énumère-t-il.

Une entreprise diversifiée

Bernard Poulin a fondé le Groupe SM lorsqu'il était étudiant en génie à l'Université de Sherbrooke. Lui et son collègue Gérard Laganière, toujours coactionnaire du groupe, ont créé, en 1972, un laboratoire de contrôle des sols et matériaux à Sherbrooke.

L'entreprise Labo SM (pour Sherbrooke-Montréal) a ouvert un second laboratoire à Longueuil avant d'entreprendre la réalisation de travaux pour Hydro-Québec. D'abord un labo de contrôle pour la route menant à la Baie James, puis des travaux de génie civil.

«Nous sommes une créature d'Hydro-Québec. C'est grâce à Hydro qu'on a développé l'entreprise en réalisant des travaux que les grands groupes comme SNC, Tecsult ou Lavalin ne faisaient pas. On a été notamment responsables de la construction des postes de distribution», souligne Bernard Poulin.

Au début des années 80, le jeune Groupe SM réalise des acquisitions de firmes de génie-conseil pour élargir son expertise et aussi recruter un peu d'expérience en allant chercher des «têtes grises».

Au fil des ans, l'acronyme SM a pris une autre signification qui pourrait se traduire aujourd'hui par Société multidisciplinaire.

Solutions intégrées

L'entreprise de génie est devenue une société qui offre des solutions intégrées dans des secteurs aussi variés que les infrastructures, l'environnement, l'ingénierie des matériaux, les laboratoires d'analyses, l'agroalimentaire, la production et la distribution d'énergie, la sécurité, l'intégration de systèmes, les télécommunications et les industries pétrolière et gazière.

«Le Groupe SMi compte aujourd'hui 1600 professionnels. On a 25 bureaux au Canada et 10 bureaux à l'étranger. On est actifs dans 35 pays. Nos activités internationales comptent pour plus de 50% de notre chiffre d'affaires», explique Bernard Poulin.

Si la division SMi Enerpro est appelée à générer beaucoup de revenus dans les prochaines années, elle représente aujourd'hui moins de 10% du chiffre d'affaires de 150 millions du groupe qui comprend pas moins de 21 divisions.

«On a une division de sécurité, risques et menaces qui propose des solutions pour les entreprises et les gouvernements et qui réalise l'intégration de systèmes de sécurité pour les raffineries.

«On a nos laboratoires de contrôle de sols et matériaux. Mais on a aussi un laboratoire agroalimentaire. On réalise 80% de l'étiquetage des produits alimentaires au Québec. C'est nous qui mesurons le nombre de calories et le taux de gras trans», nous révèle Bernard Poulin.

Les divisions des travaux d'infrastructures, de l'environnement et de l'intégration de systèmes totalisent des revenus annuels de100 millions. Les laboratoires comptent pour une trentaine de millions.

Un peu de recul

Depuis quelques années, le PDG a pris un peu de recul, délaissant les opérations courantes pour consacrer son temps à la stratégie et au développement des affaires.

Alors que toutes les firmes d'ingénierie se plaignent du tort que leur a causé la commission Charbonneau, SMi poursuit son expansion aux quatre coins du monde.

«Avec la commission Charbonneau, l'activité dans le génie a été passablement réduite au Québec. J'en ai profité pour mettre plus de temps à développer nos activités à l'international, expose le président. Ça fait des années qu'on fait des affaires à l'étranger.»

À l'origine, le Groupe SMi a obtenu des mandats auprès de banques de développement, dont l'un des premiers a été de répertorier et d'analyser les déchets toxiques dans la ville de Mexico. «Il y en avait plus que dans le Canada tout entier», se rappelle l'ingénieur.

SMi Enerpro visitera bientôt le Mexique et tous les pays d'Amérique du Sud où sa solution en optimisation d'énergie fera épargner des dizaines et des dizaines de millions grâce à des gains d'efficacité d'au moins 43%, en moyenne.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer