Marc DeSerres: un artiste du commerce de détail

Marc DeSerres... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Marc DeSerres

Marc DeSerres l'avoue sans détour, il compte bien prendre deux semaines complètes de vacances durant le temps des Fêtes. C'est que le PDG du plus important détaillant de matériel d'artiste et de loisirs créatifs au Canada a pris les bouchés double depuis septembre dernier en procédant à l'ouverture de quatre nouveaux magasins, dont deux à Toronto et un à Lachenaie et Québec.

Mine de rien, DeSerres compte aujourd'hui sur un réseau pancanadien de 30 magasins, de Halifax à Vancouver. Loin de s'essouffler, cette vague expansionniste va déferler encore au cours des prochaines années, à raison de quatre nouvelles ouvertures par année, anticipe son PDG.

«Mon objectif est d'opérer un réseau de 60 succursales au Canada. Il y a de la place pour des nouveaux magasins DeSerres et il y a un marché pour ça», observe Marc DeSerres, dans les bureaux du siège social de l'entreprise qui a été fondée il y a 104 ans par son grand-père Omer DeSerres.

Le siège social qui a été longtemps au deuxième étage du magasin-phare du groupe sur la rue Sainte-Catherine à proximité de Saint-Denis est maintenant localisé sur la rue Maisonneuve.

«Les employés du siège social étaient dispersés dans quatre édifices différents. Il y a quatre ans, on a décidé de tout regrouper sous un même toit. C'est quand même 70 personnes qui travaillent ici», souligne Marc DeSerres dont la vie a toujours été intimement liée au commerce de détail.

«Mon grand-père a ouvert la première grande quincaillerie, qu'on appelait ferronnerie à l'époque, à Montréal. On était en 1908. Mon père lui a succédé dans les années 40 il a ouvert d'autres Omer DeSerres. Avec l'arrivée, dans les années soixante-dix, des Canadian Tire, Pascal et Rona, mon père a décidé de fermer ses sept quincailleries.

«En 1977, j'ai repris le commerce de matériel d'arts qui était dans la bâtisse connexe à notre quincaillerie de la rue Sainte-Catherine. Un magasin de 3000 pieds carrés. J'avais quatre employés et on réalisait des ventes de 150 000 $ par année», remémore Marc DeSerres.

Trente-cinq ans plus tard, les 30 magasins DeSerres - dont 19 au Québec - emploient 700 personnes, ce sera près du double dans sept ans.

La différenciation DeSerres

Depuis quelques mois maintenant, les magasins DeSerres ont un nouveau concurrent au Québec alors que le géant américain Michael a ouvert simultanément sept succursales. Un nouveau contexte qui n'inquiète pas outre mesure Marc DeSerres.

«On a un concept unique. Le coeur de nos activités c'est les beaux-arts et le matériel d'artiste puis les loisirs créatifs, les jeux éducatifs et l'encadrement.

«L'offre de nos magasins est considérable. On a plus de 35 000 produits différents et on va en ajouter 5000 nouveaux au cours de la prochaine année», explique le PDG du groupe.

Marc DeSerres ne peut s'empêcher de me dévoiler, «en primeur», les nouveaux boitiers de rangement en plastique qu'il aura prochainement en magasin de même qu'une nouvelle famille de cadres en bois très designs qui seront offerts à un prix d'aubaine.

«C'est ça l'avantage d'avoir 30 magasins. Je fais fabriquer des objets sur mesure, mais j'en achète un plein conteneur, ce qui me permet d'avoir un bon prix pour nos clients», souligne-t-il.

Même si cela fait 35 ans maintenant qu'il est en affaires, Marc DeSerres est toujours aussi passionné qu'à ses débuts. Il s'implique notamment beaucoup dans le choix des produits qui seront vendus dans ses succursales.

«Il faut constamment visiter nos fournisseurs en Europe et en Asie, se rendre dans les grandes foires commerciales pour voir ce qui se fait de nouveau. On a une équipe qui ne fait que ça, mais je passe près de 30% de mon temps à sélectionner les nouveautés», explique-t-il.

Marc DeSerres supervise également l'expansion du groupe qu'il orchestre en alternant l'ouverture de nouveaux magasins à des acquisitions de commerces existants qu'il transformera en magasins DeSerres.

«Nos deux magasins de Vancouver et celui de Halifax sont le résultat d'acquisitions. On a aussi acheté l'an dernier à Québec la chaîne de boutiques Encadrements Ste-Anne.

«On a conservé que le magasin Encadrements Ste-Anne de Québec, mais on a ouvert il y a un mois un DeSerres tout juste en arrière de la boutique», illustre-t-il.

Les acquisitions de magasins existants lui permettent d'aller chercher rapidement des parts de marché, précise le PDG.

Si Marc DeSerres est le principal fournisseur de matériel d'artistes au Canada, il est aussi un grand amateur d'art contemporain. Les murs des bureaux du siège social de DeSerres sont tapissés d'oeuvres d'artistes québécois et canadiens.

Il a d'ailleurs été durant huit ans, président du Musée d'art contemporain de Montréal poste qu'il a récemment cédé à l'entrepreneur Alexandre Taillefer.

Quand on lui demande qui est son artiste préféré, Marc DeSerres ne veut pas privilégier un nom plutôt qu'un autre et se fait diplomate.

«Je vais vous répondre ce que je réponds à tout le monde. Mes artistes préférés sont ceux qui mettent le plus de couches de peinture sur leur toile», me dit-il dans un large sourire.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer