Christiane Germain: savoir faire la différence

Depuis sa plus tendre enfance, Christiane Germain a... (Photo Mathieu Bélanger, collaboration spéciale)

Agrandir

Photo Mathieu Bélanger, collaboration spéciale

Depuis sa plus tendre enfance, Christiane Germain a toujours vécu «dans le public». Son père, qui avait ouvert une tabagie à Québec - alors que Christiane était toute petite - s'est rapidement tourné du côté de la restauration en ouvrant des établissements qui ont connu beaucoup de succès.

Lorsque Christiane Germain résume le parcours de sa vie professionnelle, qui l'a amenée de la restauration à Québec à la gestion d'une chaîne d'hôtels pancanadienne, une constante évidence émerge de son cheminement. Elle a toujours voulu faire la différence, et ce souci de partager une marque originale l'a toujours bien servie.

Christiane Germain et son frère Jean-Yves sont coprésidents et propriétaires du Groupe Germain Hospitalité, le groupe hôtelier qui a lancé, à la fin des années 80, le concept des hôtels-boutique Le Germain et qui a créé au milieu des années 2000 une nouvelle chaîne d'hôtels design mais à faible coût, les hôtels Alt.

La popularité de ces hôtels de niche ne se dément pas. Aux neuf établissements qui font affaire sous les deux bannières du groupe Germain de Québec à Calgary vont s'ajouter trois nouveaux hôtels à Halifax, Montréal et Winnipeg au cours des deux prochaines années.

«Dans le public»depuis toujours

Depuis sa plus tendre enfance, Christiane Germain a toujours vécu «dans le public». Son père, qui avait ouvert une tabagie à Québec - alors que Christiane était toute petite - s'est rapidement tourné du côté de la restauration en ouvrant des établissements qui ont connu beaucoup de succès, notamment Le Fiacre qui a été le premier steak house de Québec.

«Après l'école, je passais des heures à la tabagie à observer le va-et-vient de la clientèle. Même chose dans les restaurants où j'ai rapidement fait différents petits boulots.

«Lorsqu'on est arrivés dans la vingtaine, mon père a décidé de nous financer, mon frère et moi, pour l'ouverture de notre propre restaurant. On a eu la piqûre», explique l'entrepreneure, entre deux voyages de prospection immobilière dans l'Ouest canadien.

En ouvrant coup sur coup à Québec les restaurants le Cousin Germain, le Café Saint-Honoré et le Saint-Ô, Christiane Germain met déjà en application les principes de différenciation qui vont faire le succès de ces trois établissements originaux dans le décor québécois.

En 1988, les deux Germain décident de faire le saut dans l'hôtellerie en ouvrant le premier hôtel-boutique au Canada, le Saint-Germain-des-Prés, à Québec. Là encore, l'objectif était simple, il s'agissait d'offrir une expérience d'accueil et d'hébergement différente, originale et personnalisée.

En 1998, on inaugure le Germain-Dominion avant d'exporter le concept en créant l'hôtel Le Germain Montréal. En 2003, on poursuit l'aventure en établissant un hôtel Germain à Toronto avant de lancer le nouveau concept d'hôtel Alt, des établissements trois étoiles qui se distinguent par leur design audacieux tout en restant bon marché.

«On a créé le premier Alt dans le Quartier DIX30, puis on a transformé le Saint-Germain-des-Prés de Québec en Alt. Hôtel Germain est vraiment un concept plus haut de gamme. Il n'y aurait pas de marché à Winnipeg pour ce style d'établissement et c'est pourquoi on y plutôt construit un Alt», précise Christiane Germain.

Pas question d'arrêter

Depuis 1988, Christiane Germain et son frère Jean-Yves ont donc construit neuf hôtels Germain ou Alt, dont le tout dernier a été inauguré à l'aéroport Pearson, en juillet dernier. En 2014, le Groupe Germain supervisera 12 établissements au Canada, mais il y aura sûrement de nouvelles annonces d'ici là.

«On veut avoir un Germain à Vancouver, mais l'immobilier est très dur là-bas. C'est un milieu fermé et fortement réglementé. Mais on ne désespère pas», prévient la coprésidente.

Qu'est-ce qui la pousse à poursuivre ainsi la multiplication de ses hôtels? N'a-t-elle pas assez de travail à gérer bientôt 12 établissements au pays?

«C'est une bonne question. Je ne sais pas pourquoi. Je sais seulement que ce n'est pas envisageable de penser arrêter. On veut compléter le réseau des Germain en construisant un établissement à Vancouver et à Ottawa. Il y a aussi encore de la place pour des Alt», évalue-t-elle.

Si l'occasion se présentait, elle aimerait bien ouvrir un hôtel Germain à Paris, tout comme son frère et elle pourraient décider de tester le marché américain.

Chose certaine, la relève est déjà bien en place au Groupe Germain. Le fils de son frère Jean-Yves, Hugo Germain, est directeur du développement Hôtels Alt Canada et sa fille, Marie-Pier Germain, ingénieure, est directrice, services professionnels de construction.

Depuis 2003, le Groupe Germain s'est adjoint un partenaire financier important, Daniel Gauthier, cofondateur du Cirque du Soleil et propriétaire du complexe récréotouristique du Massif de Petite-Rivière-Saint-François.

«J'ai connu Daniel lorsqu'il a organisé des rencontres d'idéation pour la réalisation de son plan de développement touristique à Baie-Saint-Paul. Il est devenu partenaire du Groupe depuis», explique Christiane Germain.

Pour financer la construction quasi simultanée de quatre hôtels, le Groupe Germain a aussi mis sur pied le Fonds Alt Canada auquel des investisseurs institutionnels et privés ont participé.

«Le Groupe Germain a une participation importante dans ce fonds. Ceux qui y participent cherchent à réaliser un investissement qui produit de bons rendements financiers», résume-t-elle.

Comme bien des entrepreneurs québécois, Christiane Germain n'apprécie pas le climat qui a cours depuis l'élection du Parti québécois.

«C'est le discours que je trouve méprisant. On associe les entrepreneurs à tous les abus ou les scandales financiers qui ont été commis dans le passé. Ce n'est pas un climat rassurant ni propice pour faire des affaires», déplore l'entrepreneure-hôtelière.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer