Le Trésor américain s'oppose au démantèlement des grandes banques

Le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin est un ancien banquier... (PHOTO THOMAS KIENZLE, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin est un ancien banquier de Goldman Sachs.

PHOTO THOMAS KIENZLE, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

L'administration Trump est opposée à un démantèlement des grandes banques même si elle est favorable au rétablissement de dispositions d'une législation de type «Glass-Steagall», qui a séparé les activités de banque de dépôt et d'investissement aux États-Unis de 1933 à 1999, a déclaré jeudi le secrétaire au Trésor.

Lors d'une audition devant une commission sénatoriale américaine, Steven Mnuchin a affirmé que certaines dispositions de cette loi pourraient être réinstaurées mais que ce serait une «grosse erreur» de scinder les banques.

«L'intégration des banques de détail et des banques d'affaires dure depuis longtemps (...) Et ce n'est pas ça qui est à l'origine des problèmes ayant entraîné la crise financière (de 2008)», a-t-il défendu. «Si nous revenons à une stricte séparation, il y aurait un impact important sur les liquidités et l'activité de prêts», fait valoir M. Mnuchin, ancien banquier de Goldman Sachs.

Ces déclarations ressemblent à un revirement de la part de l'administration Trump car, le 1er mai, le président américain avait réitéré sa menace de démanteler les grandes banques. Pendant la campagne électorale, il avait appelé à de nombreuses reprises à un retour à cette législation Glass-Steagall, supprimée lors de la présidence de Bill Clinton (1993-2001).

Il avait indiqué qu'il était favorable à une nouvelle loi de ce genre mais mieux adaptée aux conditions actuelles. Son parti républicain avait inscrit un tel projet dans sa plateforme électorale.

«C'est ce que je suis en train de considérer», avait notamment déclaré Donald Trump, dans un entretien accordé à l'agence Bloomberg News, sans donner d'autres détails.

Selon certains économistes et hommes politiques, c'est la suppression de cette législation qui a abouti moins de dix ans plus tard à la chute de la banque d'affaires Lehman Brothers, élément déclenchant de la crise financière de 2008.

Jeudi, les déclarations de Steven Mnuchin ont entraîné un échange houleux avec la sénatrice Elizabeth Warrren, une des figures de proue de l'opposition démocrate.

«Que pensez-vous que Glass-Steagall était, si ce n'est une séparation des banques de dépôt et d'investissement ?», a lancé Mme Warren, disant ne pas être surprise de constater que ce «revirement» intervient après des rencontres entre M. Mnuchin et des PDG de grandes banques américaines et des groupes de pression de l'industrie bancaire.

La loi Glass-Steagall portait et voulait mettre fin «aux conflits d'intérêts et non les risques liés au crédit», a répondu Steven Mnuchin.

«Si nous avions voulu rétablir intégralement Glass-Steagall, nous aurions dit à l'époque que nous croyions en cette loi et non que nous voulions une loi Glass-Steagall du 21e siècle», a-t-il argumenté. «Nous avions été clairs en faisant bien la différence entre les deux», a-t-il ajouté.




publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer