Affaire Madoff: un investisseur devra verser 410 millions

Cet accord à l'amiable intervient trois ans après... (Photo: Keith Bedford, Archives Reuters)

Agrandir

Photo: Keith Bedford, Archives Reuters

Cet accord à l'amiable intervient trois ans après le dépôt de la plainte de l'État de New York contre M. Merkin, qui avait caché à ses clients avoir confié plus de 2,4 milliards de dollars à Bernard Madoff.

Agence France-Presse
New York

Le ministre de la Justice de New York Eric Schneiderman a annoncé lundi un accord de 410 millions de dollars avec l'investisseur Ezra Merkin afin d'indemniser ses clients, à qui il avait caché qu'il investissait une majorité de leurs fonds auprès de Bernard Madoff.

«Eric Schneiderman est parvenu à un accord à l'amiable avec Ezra Merkin, qui contrôlait quatre fonds qui ont investi plus de 2 milliards de dollars avec Bernard Madoff pour le compte de centaines d'investisseurs, y compris beaucoup de New-yorkais et d'organisations caritatives», écrit le bureau du ministre de la Justice de New York dans un communiqué.

En conséquence de la «fraude pyramidale de M. Madoff, les investisseurs dans les fonds (gérés par M. Merkin), Ariel Fund, Gabriel Capital, Ascot Fund et Ascot Partners, dont les actifs étaient largement gérés par M. Madoff, ont perdu plus de 1,2 milliard de dollars, tandis que M. Merkin a reçu des centaines de millions de dollars de frais de gestion», ajoute-t-il.

Selon les termes de l'accord, M. Merkin va payer 405 millions de dollars d'indemnisation aux clients de ses fonds sur trois ans, et 5 millions iront aux services de M. Schneiderman pour couvrir les frais de la procédure judiciaire.

Les investisseurs éligibles recouvriront jusqu'à 40% de leurs pertes.

Cet accord à l'amiable intervient trois ans après le dépôt de la plainte de l'État de New York contre M. Merkin, qui avait caché à ses clients avoir confié plus de 2,4 milliards de dollars à Bernard Madoff.

L'homme d'affaires était spécialisé dans les contacts avec les organisations caritatives ou les associations à but non lucratif, à qui il cachait la destination finale des sommes qui lui étaient confiées, et dont les deux tiers échouaient chez Madoff.

L'accord semble avoir été négocié indépendamment du liquidateur judiciaire Irving Picard: une porte-parole de M. Picard a indiqué par courriel à l'AFP que l'administrateur n'avait «pas encore vu l'accord final du ministre de la Justice de New York».

«Si des accords concernant des tiers (à savoir des investisseurs qui n'étaient pas des clients directs de Bernard Madoff, NDLR) cherchent à détourner des fonds qui étaient légitimement recherchés par l'administrateur pour être redistribués équitablement aux clients de (Bernard Madoff), nous nous réservons le droit de prendre les mesures appropriées», prévient cette porte-parole, insistant sur le fait que «les procédures de recouvrement engagées par l'administrateur ont priorité, selon la loi».

L'escroc Bernard Madoff est à l'origine de la plus grosse fraude boursière jamais connue avec des pertes estimées à 17 milliards de dollars si l'on ne tient compte que du principal ou à quelque 65 milliards de dollars si l'on inclut les intérêts qui auraient dû être perçus.

Il purge une peine de 150 ans de prison.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer