Les prix du pétrole progressent à New York

Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en... (PHOTO ARCHIVES AP)

Agrandir

Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en novembre, a progressé de 1,34 dollar, pour clôturer à 50,92 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

PHOTO ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Le pétrole coté à New York a terminé en hausse lundi, les prix étant légèrement soutenus par le passage de la tempête Nate sur les côtes américaines au cours du week-end.

Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en novembre, référence américaine du brut, a progressé de 29 cents, pour clôturer à 49,58 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

L'ouragan Nate a mené à « un effet positif à court terme sur le prix. Mais la hausse de moins de 30 cents souligne le fait qu'il n'y a pas de dégâts majeurs après son passage. La production devrait être rapidement rétablie d'ici quelques jours », a souligné Kyle Cooper, de IAF Advisors.

Près de « 90 % de la production de pétrole dans le golfe du Mexique était à l'arrêt et 301 plateformes de production ont été évacuées, soit 40,84 % des plateformes occupées. La plupart sont déjà de retour à la normale », a ajouté Phil Flynn, de Price Future Group.

Les prix étaient également toujours soutenus par les déclarations des pays producteurs (OPEP) et de leurs partenaires, qui souhaitent étendre leur accord de réduction de la production au-delà de mars 2018.

Les pays producteurs se réuniront fin novembre à Vienne pour en discuter.

L'Arabie saoudite, premier exportateur mondial et figure de proue de l'OPEP, s'apprêterait à faire l'effort le plus marqué de son histoire en n'exportant que 7,15 millions de barils par jour, contre une demande de 7,7 millions de barils par jour, a affirmé le ministère de l'Énergie, cité par l'agence Bloomberg.

« Étant donné le niveau de prix actuel, je ne pense pas que sur le long terme ces chiffres soient suffisants pour le budget saoudien. Ils devront extraire davantage de pétrole », a commenté Kyle Cooper.

Selon lui, le cap des 50 dollars sur le WTI n'a pas été franchi lundi également en raison d'un sentiment baissier des marchés.

« Le niveau de production de pétrole aux États-Unis et la bonne santé de la production du pétrole de schiste sur le sol américain empêchent de franchir le cap des 50 dollars », a-t-il estimé.

L'industrie pétrolière américaine n'est pas engagée dans l'accord de baisse de la production et les exploitants de pétrole non conventionnels peuvent au contraire augmenter leurs extractions quand les prix du baril rendent leurs exploitations plus rentables.




publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer