Le pétrole termine en légère baisse

Le baril de light sweet crude (WTI) pour... (PHOTO HASAN JAMALI, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en novembre a perdu 16 cents pour clôturer à 50,42 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

PHOTO HASAN JAMALI, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Le pétrole coté à New york a terminé en légère baisse mardi, les investisseurs restant prudents en attendant le rapport hebdomadaire sur les stocks aux États-Unis alors que se multiplient les signes d'une augmentation de la production dans le monde.

Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en novembre, référence américaine du brut, a perdu 16 cents pour clôturer à 50,42 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

«Le marché s'est consolidé en attendant la publication des rapports sur les niveaux des réserves de produits pétroliers aux États-Unis» de la fédération professionnelle du secteur API mardi soir et surtout du département américain de l'Energie mercredi en cours de séance, a estimé Kyle Cooper d'IAF Advisors.

«On devrait voir les effets des ouragans Harvey et Irma vraiment s'estomper», a-t-il souligné.

Après leur passage, la suspension des activités de plusieurs raffineries avaient fait grimper les stocks de brut et chuter les réserves d'essence.

Selon un consensus d'analystes interrogés par l'agence Bloomberg, les réserves de brut devraient avoir baissé de 500 000 barils la semaine dernière, tandis que les réserves d'essence sont attendues en hausse de 1 million de barils et celles de produits distillés en recul de 1,5 million de barils.

«Il sera intéressant de regarder les chiffres sur les importations et les exportations, ces dernières ayant grimpé à un record la semaine dernière, ainsi que les chiffres sur la production, qui s'approche de niveaux jamais atteints auparavant», a relevé M. Cooper.

«Les prix ont récemment fortement progressé en se basant sur la baisse de production observée en Arabie saoudite et plus généralement au sein de l'OPEP, ainsi que sur l'anticipation d'une demande plus forte que prévu en 2017 et 2018», a rappelé Gene McGillian de Tradition Energy.

«La forte baisse des réserves de produits raffinés aux États-Unis a renforcé cette tendance», a-t-il ajouté.

Toutefois, «depuis que le Brent est monté à son plus haut niveau en deux ans et le WTI à son plus haut niveau en cinq mois, les signes d'une augmentation de la production inquiètent et tirent le marché vers le bas», a relevé M. McGillian.

Au-delà des États-Unis, où la production de pétrole s'approche de niveaux record, l'exploitation de brut continue à progresser au Nigeria et en Libye en dépit d'interruptions sporadiques. Et l'extraction d'or noir au sein des membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) serait selon des informations de presse repartie à la hausse en septembre.




publicité

publicité

publicité

publicité

la liste:3762:liste;la boite:318296:box

À lire sur La Presse Affaires

Précédent |

publicité

image title
Fermer