Sans dommage majeur d'Irma, le pétrole termine en hausse

Les raffineries touchées fin août par l'ouragan Harvey... (PHOTO AP)

Agrandir

Les raffineries touchées fin août par l'ouragan Harvey , comme celle-ci de Baytown au Texas, se remettent en route et produisent de plus en plus de carburant.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Les prix du pétrole ont terminé en hausse lundi, les investisseurs tentant d'évaluer les conséquences de l'ouragan Irma sur la Floride, apparemment moins importantes que prévu, tandis que les raffineries du Golfe du Mexique reprenaient progressivement leurs activités.

Le baril de «light sweet crude» (WTI), référence américaine du brut, a gagné 59 cents pour clôturer à 48,07 dollars sur le contrat pour livraison en octobre au New York Mercantile Exchange (Nymex).

Sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre a terminé à 53,84 dollars, en hausse de 6 cents par rapport à la clôture de vendredi.

L'écart entre les barils de WTI et le Brent s'est réduit même s'il approche toujours des six dollars vendredi.

L'ouragan Irma a frappé de plein fouet dimanche l'île de Key West dans l'extrême sud de la Floride avant de se diriger vers le nord de l'Etat. Affaibli et rétrogradé au rang de tempête tropicale lundi, il a provoqué l'évacuation de millions de personnes et 6,2 millions de Floridiens étaient toujours privés d'électricité en fin de journée.

Mais «les pires scénarios ne se sont pas concrétisés», a indiqué Phil Flynn de Price Futures Group.

Les cours du brut avaient beaucoup baissé vendredi alors que les investisseurs redoutaient une chute de la demande d'essence dans la région au moment où les raffineries touchées fin août par l'ouragan Harvey se remettent en route et produisent de plus en plus de carburant.

«On se rend compte au fur et à mesure de la reprise de l'activité des raffineries qu'il n'y a pas eu de dégâts structurels», a souligné Kyle Cooper d'IAF Advisors. «On ne se heurte plus maintenant qu'à des soucis logistiques qui devraient se résorber rapidement», a-t-il ajouté.

L'OPEP surveillée

Selon le dernier relevé rendu public dimanche par le département américain de l'Énergie, cinq raffineries représentant 5,8% des capacités des raffinage du pays étaient encore fermées. Au pic des perturbations, près d'un quart des capacités de raffinage américaines avaient été mises hors service

Comme dans le même temps «le retour à la normale devrait être plus rapide que prévu en Floride», cela «change l'état d'esprit du marché», a estimé M. Flynn.

Les prix étaient aussi, selon lui, soutenus en ce début de semaine par un regain de discussions sur la possible extension d'un accord noué par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et quelques autres gros producteurs de brut comme la Russie.

Ces pays se sont entendus fin 2016 pour limiter leurs extractions afin de tenter de redresser les prix sur le marché mondial, abondamment fourni en or noir.

Le ministre de l'Energie de l'Arabie saoudite, chef de file du cartel et premier exportateur mondial de brut, «a rencontré ce week-end ses homologues vénézuélien et kazakh pour discuter d'une prolongation de l'accord au-delà de mars 2018», a indiqué M. Flynn.

La prochaine réunion officielle de l'OPEP, à laquelle les autres participants à l'accord seront représentés, se tiendra fin novembre à Vienne.




publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer