Le pétrole termine en hausse pour une 5e séance

Les cours du pétrole ont terminé en hausse pour la cinquième séance de suite... (PHOTO ERIC GAY, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

PHOTO ERIC GAY, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Les cours du pétrole ont terminé en hausse pour la cinquième séance de suite vendredi à New York, portés par des signes de rééquilibrage du marché, comme le net repli des stocks de brut aux États-Unis.

Le prix du baril de «light sweet crude» (WTI), référence américaine du brut, a gagné 46 cents à 46,54 dollars sur le contrat pour livraison en août au New York Mercantile Exchange (Nymex).

Il a pris plus de 5% sur la semaine.

«La rengaine qui a dominé le marché ces dernières semaines commence à changer», a estimé Phil Flynn de Prices Futures Group. «D'une attitude très négative en raison notamment de la hausse de la production aux États-Unis, le marché commence à reconnaître les signes d'un rééquilibrage», a-t-il expliqué.

«Il devient par exemple de plus en plus difficile d'ignorer la chute des réserves de brut aux États-Unis», a avancé le spécialiste: elles ont reculé de près de 14 millions de barils en deux semaines.

«Et l'argument selon lequel les producteurs de pétrole de schiste vont compenser tous ces stocks ne tient pas si on estime que l'exploitation de ce pétrole n'est pas rentable avec un baril sous les 50 dollars», a relevé Phil Flynn.

Le nombre de puits de forage en activité a de nouveau augmenté, de 2 à 765, selon les chiffres hebdomadaires de l'entreprise privée Baker Hughes diffusés vendredi. Mais cette hausse est «modérée», a commenté Mike Lynch de SEER en soulignant que le nombre de puits avait baissé dans certaines zones clés pour le pétrole de schiste.

Par ailleurs, «on a recensé des problèmes de production à court terme dans certains pays comme le Nigeria et le Canada», a-t-il indiqué.

Parallèlement, le rapport de l'Agence internationale de l'Energie diffusé jeudi «a mis en avant le fait que la demande allait s'améliorer», a souligné Phil Flynn. Après un rebond de la consommation au deuxième trimestre, l'agence prévoit que la demande mondiale sur l'ensemble de l'année augmente de 1,4 million de barils par jour (mb/j) pour atteindre 98 mb/j.




publicité

publicité

publicité

publicité

la liste:3762:liste;la boite:318296:box

À lire sur La Presse Affaires

Précédent |

publicité

image title
Fermer