Bois d'oeuvre: les exportations au point mort

Les expéditions de bois vers les États-Unis ont... (photo jean-marie villeneuve, archives le soleil)

Agrandir

Les expéditions de bois vers les États-Unis ont considérablement ralenti dans les scieries québécoises.

photo jean-marie villeneuve, archives le soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les expéditions de bois canadien vers les États-Unis ont considérablement ralenti dans les scieries québécoises, alors que les droits compensateurs de 20 % décrétés par l'administration Trump étaient perçus pour la première fois à la frontière, hier.

Wilbur Ross... (photo Yuri Gripas, reuters) - image 1.0

Agrandir

Wilbur Ross

photo Yuri Gripas, reuters

Selon Karl Blackburn, directeur principal, affaires publiques et relations gouvernementales, chez Produits forestiers Résolu, l'impact pourrait se faire sentir rapidement sur les emplois.

« C'est clair que ça a un effet négatif, tout le monde est sur le brake et ça a des impacts directs immédiats sur les transactions, dit-il. On va voir comment le marché va se comporter, mais à partir du moment où il y a un ralentissement dans la production, il va y avoir un impact sur les travailleurs, et ça risque de se produire très rapidement. »

Même son de cloche dans plusieurs autres scieries québécoises.

Chez Boisaco, sur la Côte-Nord, les expéditions vers les États-Unis sont stoppées depuis « quelques semaines », affirme le président de l'entreprise, Steeve St-Gelais.

« On est en stand-by pour le moment, dit-il. Aux États-Unis, ça peut créer une rareté, et on va voir comment le marché va réagir. On espère qu'ils vont s'ajuster en conséquence et s'il y a des besoins, ils vont devoir combler l'artifice que leur gouvernement a mis en place, aux frais de leurs consommateurs et de leur industrie de la construction. »

Dans la dernière année, Boisaco a vendu entre 10 et 15 % de sa production aux États-Unis.

Chez Eacom, en Abitibi, les expéditions sont aussi au ralenti. 

« C'est très tranquille depuis la décision des droits de la semaine passée. On n'a pas de grandes ventes aux États-Unis. » - Christine Leduc, directrice, affaires publiques, chez Eacom

Chez GDS, dans Charlevoix, la production est suspendue le temps d'installer un nouveau planeur. « C'était justement prévu par rapport aux dates de l'annonce [du droit compensateur] », explique le directeur des ventes, Glen Meehan.

Pour Martin Scallon, du Groupe Crête, dans les Laurentides, c'est un scénario qui se répète. « On existe depuis 1949, et ce n'est pas la première crise qu'on traverse, dit-il. Nos ventes aux États-Unis sont de 10 à 15 % du total, nos volumes sont plus québécois et ontariens. On a pris des dispositions sur nos coûts d'exploitation pour pouvoir faire face à la situation. Chaque année, on investit dans nos usines et la formation. »

Situation plus épineuse chez Remabec, au Lac-Saint-Jean, qui écoule normalement plus de la moitié de sa production aux États-Unis. Mais l'entreprise n'était pas en mesure de commenter la situation, hier.

DROITS COMPENSATEURS

Le département du Commerce des États-Unis a annoncé lundi dernier l'imposition de droits compensateurs variant de 3,02 à 24,12 % sur le bois d'oeuvre canadien, en réponse à une plainte en subventionnement des producteurs américains.

Cinq grandes entreprises canadiennes se voient imposer un taux individuel. Produits Forestiers Resolu est imposée à 12,82 %. Toutes les autres entreprises sont imposées à 19,88 %, un tarif qui est rétroactif dans leur cas.

En juin, le département du Commerce doit aussi se prononcer sur une plainte anti-dumping et pourrait imposer un autre droit compensateur.

Cela survient alors que la saison des mises en chantier résidentielles bat son plein au sud de la frontière, note M. Blackburn. « Avec ces droits compensateurs, les acheteurs de maisons vont voir les coûts augmenter, dit-il. Ça va avoir des répercussions directes des deux côtés de la frontière, sur l'emploi de la classe moyenne. »

ALENA : Wilbur Ross s'explique

L'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) est « obsolète » et ne « reflète pas l'état actuel des économies du Mexique, des États-Unis et du Canada », a affirmé hier en entrevue vidéo à Bloomberg le secrétaire au Commerce Wilbur Ross. Il a déclaré vouloir mettre à jour les règles sur le contenu national et inclure les services et la sphère numérique dans le futur accord. « Notre objectif sera double : augmenter les échanges totaux et réduire notre déficit commercial avec le Mexique et, dans une moindre mesure, avec le Canada. » M. Ross s'en est pris au Congrès, qui retarde, selon lui, le début des négociations. « Le Mexique est prêt, le Canada est prêt, c'est le Congrès qui retarde », a-t-il dit.




publicité

publicité

publicité

publicité

la liste:3762:liste;la boite:318296:box

À lire sur La Presse Affaires

Précédent |

publicité

image title
Fermer