Hydro-Québec: temps doux, profits moins élevés

Selon les météorologues, l'hiver 2015 s'annonce plus clément... (PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE)

Agrandir

Selon les météorologues, l'hiver 2015 s'annonce plus clément que celui de l'an dernier, qui a été un peu moins froid que le précédent.

PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Hélène Baril

Les années se suivent et ne se ressemblent pas pour Hydro-Québec, qui se prépare à vivre un hiver doux, après deux années de profits records dus au froid polaire.

L'hiver est la période de l'année où Hydro-Québec encaisse le plus gros de ses profits et cette année, le temps anormalement doux jusqu'à récemment laisse prévoir une baisse de rentabilité.

En novembre, la consommation des Québécois a été de 12 % inférieure à celle du même mois l'an dernier, selon la société d'État. Décembre s'annonce comme le mois le plus doux de l'histoire du Québec, ce qui permettra des économies dans les coûts de chauffage, mais Hydro-Québec ne veut pas s'avancer sur la baisse de consommation du dernier mois de l'année.

Un hiver doux

Selon les météorologues, l'hiver 2015 s'annonce plus clément que celui de l'an dernier, qui a été un peu moins froid que le précédent.

Hydro-Québec s'attend donc à moins de stress sur son réseau, avec une pointe de consommation prévue de 38 192 mégawatts, soit moins forte que celle de l'an dernier (38 950 mégawatts) survenue le 7 janvier 2015 au petit matin.

Besoin d'autres sources d'électricité

Malgré ses surplus importants d'électricité, Hydro-Québec doit mobiliser plusieurs autres sources d'approvisionnement pour satisfaire la demande de chauffage pendant les mois les plus froids de l'année.

La production de deux des nouvelles centrales du complexe La Romaine s'est ajoutée au réseau, ce qui donne à Hydro-Québec une marge de manoeuvre plus importante pour faire face à l'hiver.

Dans son rapport au Northeast Power Coordinating Council (NPCC), l'organisme américain responsable de la sécurité des approvisionnements en électricité dans le nord-est du continent, Hydro affirme que son réseau de transport et de distribution est prêt à affronter l'hiver.

Sensibiliser les consommateurs

La société d'État a quand même commencé sa campagne de sensibilisation auprès des Québécois, les prévenant de diminuer leur consommation entre 6 h et 9 h et entre 16 h et 20 h lors des périodes de froid intense.

D'autres mesures exceptionnelles sont aussi prévues et utilisées presque chaque hiver. C'est le cas des rappels de puissance auprès des alumineries et autres entreprises grandes consommatrices d'énergie (1640 mégawatts sont disponibles cette année) et d'une réduction de voltage sur le réseau, qui fait gagner 250 mégawatts.

Hydro peut aussi importer au besoin des réseaux voisins, à des prix toutefois très élevés. L'hiver dernier, 1436 mégawatts ont été importés pour satisfaire la demande de pointe de janvier.

Autres solutions

Hydro-Québec prévoit une augmentation constante des besoins en pointe hivernale au cours des prochaines années. Elle doit trouver des solutions permanentes à ce problème récurrent.

C'est la raison pour laquelle une entente a été conclue avec TransCanada Energy, qui a construit une centrale au gaz naturel à Bécancour qui n'a jamais produit pour cause de surplus, mais qui a été payée chaque année par Hydro et sa clientèle.

À partir de décembre 2018, cette centrale mettra à la disposition d'Hydro 570 mégawatts de puissance chaque hiver pour une période de 20 ans.

La division Production d'Hydro-Québec a été choisie au terme d'un appel d'offres pour fournir 500 mégawatts supplémentaires de puissance hivernale à la division Distribution, également pour une période de 20 ans.

Ces approvisionnements de pointe augmentent les coûts d'Hydro-Québec et se répercutent sur les tarifs, mais l'entreprise a convaincu la Régie qu'ils coûtent moins cher que l'ajout de nouvelle production à cause des surplus existants.

Débrancher les chauffe-eau?

À plus long terme, Hydro pense pouvoir aller chercher de la puissance de pointe dans les chauffe-eau de sa clientèle, qui pourraient être débranchés à distance pour de courtes périodes.

De même, un projet de récupération de puissance dans les tours de bureaux du centre-ville, qui pourraient réduire leur consommation d'électricité pour l'éclairage et le chauffage la nuit pendant les week-ends, pour mettre plus de puissance à la disposition d'Hydro-Québec. Un projet-pilote est en cours avec une quarantaine de volontaires qui pourraient fournir 30 mégawatts de puissance supplémentaire.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer