Exploration minière: la Caisse ajoute 25 millions

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Caisse détient des participations dans une soixantaine... (Photo La Presse)

Agrandir

Photo La Presse

La Caisse détient des participations dans une soixantaine d'entreprises d'exploration actives au Québec ou dont le siège social est situé dans la province.

Sans tambour ni trompette, la Caisse de dépôt et placement du Québec vient d'injecter 25 millions dans son fonds d'exploration minière Sodémex, ce qui donnera une bouffée d'air frais à un secteur qui en a bien besoin.

La décision a été prise le mois dernier, mais l'institution vient tout juste d'en informer l'industrie.

«On a jugé que c'était le bon moment. Il y a présentement des opportunités dans le marché, le secteur a besoin de financement, alors on va déployer des capitaux», a expliqué à La Presse Affaires Dany Pelletier, directeur des investissements dans les ressources naturelles à la Caisse.

Depuis 1996, la Caisse a investi 50 millions dans Sodémex. La nouvelle injection portera donc la mise à 75 millions. Par le biais de cette entité, la Caisse détient des participations dans une soixantaine d'entreprises d'exploration actives au Québec ou dont le siège social est situé dans la province.

Valérie Fillion, directrice générale de l'Association de l'exploration minière du Québec, a accueilli avec satisfaction cet apport d'argent frais. «On espère que ça va changer le climat, que ça aura un effet d'entraînement», a-t-elle déclaré.

Sous la direction de Denis Landry, son président, Sodémex a enregistré un rendement annuel moyen dépassant les 30% jusqu'à ce que le ralentissement du domaine des ressources naturelles vienne changer la donne en 2011. À la fin de 2012, le rendement annualisé avait diminué à environ 17% en raison des moins-values des dernières années.

Depuis le début de l'année, la morosité s'est installée dans le secteur de l'exploration. Ayant plus de difficulté à trouver du financement, les sociétés minières ont sabré leurs investissements en exploration. Par ricochet, les entreprises de forage et les firmes de génie-conseil ont dû procéder à des centaines de mises à pied, principalement en Abitibi-Témiscamingue.

Mise en garde

Échaudée comme d'autres investisseurs par le brusque revirement de l'industrie, la Caisse distribuera ses millions avec parcimonie. Dans un discours prononcé mercredi devant une centaine de représentants d'entreprises minières, M. Pelletier a incité l'industrie à consacrer des efforts pour regagner en crédibilité.

«Aujourd'hui, on a un marché d'investisseurs qui croit plus ou moins au secteur minier, a-t-il souligné. Pourquoi? Il y a eu des dépassements de coûts, des rendements inférieurs aux attentes. L'an dernier, quand je suis allé [au congrès] Mines and Money à Londres, le premier message, c'était "vous avez mal géré mon cash, j'aurais dû faire autre chose avec mon argent". Aujourd'hui, il faut donc que les sociétés livrent la marchandise.»

Dany Pelletier a notamment suggéré aux entreprises de revoir la composition de leur conseil d'administration pour s'assurer que celui-ci complète bien les compétences de la haute direction. De réexaminer leur portefeuille d'actifs. Et de «livrer des études basées sur du solide».

«Arrivez-nous avec des études et un conseil d'administration solides et on va appuyer», a-t-il résumé.

Mme Fillion a assuré qu'elle voyait ces conseils d'un bon oeil. «Il faut profiter de la crise pour revoir la structure de nos entreprises et nos stratégies de développement», a-t-elle dit.

M. Pelletier a aussi tenu à rappeler que l'acceptabilité sociale des projets faisait désormais partie des critères d'investissement de la Caisse.

«Une mine, ça se développe localement, a-t-il noté. Il ne faut jamais sous-estimer cet élément-là. Ce n'est pas parce que j'ai dîné avec X, Y ou Z de la communauté que j'ai réglé mes affaires, que mon projet est accepté. C'est pas mal plus compliqué que ça. Et il faut s'y prendre tôt. Tôt, tôt, tôt.»

L'injection de 25 millions fait suite à celle de 250 millions que la Caisse a annoncée en juin dans Sodémex Développement. Ce nouveau fonds investira de 5 à 20 millions dans des entreprises québécoises du secteur des ressources naturelles en phase de développement, soit l'étape qui suit l'exploration.

Deux jeunes retraités de l'industrie, Jean Desrosiers (Xstrata Zinc Canada) et Paul-Henri Girard (Agnico Eagle), siègent au conseil de Sodémex Développement.

Principales participations

(fonds Sodémex)

> Mines Virginia 18,1 millions

> Mines Richmont 11,3 millions

> Stornoway 7,9 millions

> Exploration Midland 3,5 millions

> Junex 2,3 millions

> Nemaska Lithium 2,2 millions

> Ressources Eastmain 1,8 millions

> Focus Graphite 1,7 million

> Donner Metals 1,7 million

> Ressources Yorbeau 1 million

*Investissement de la Caisse au 31 décembre 2012

Source: Caisse de dépôt et placement du Québec

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer