Les nuages s'accumulent sur 5N Plus

Jacques L'Écuyer, président et cofondateur de l'entreprise 5N Plus, estime... (Photo Ivanoh Demers, archives La Presse)

Agrandir

Photo Ivanoh Demers, archives La Presse

Jacques L'Écuyer, président et cofondateur de l'entreprise 5N Plus, estime que l'achat de MCP est survenu à un moment opportun.

Frappée par une baisse persistante des prix des métaux spéciaux, la société montréalaise 5N Plus peine à reprendre de la vigueur en Bourse.

Le producteur de métaux spéciaux a vu son titre (VNP à Toronto) lâcher 27% (ou 57 cents) lundi, avant de regagner un cent hier pour clôturer à 1,57$.

5N Plus a perdu tout le terrain gagné depuis août 2012, quand l'analyste de la Financière Banque Nationale (FBN), Rupert Merer, croyait que la société avait touché le fond. Depuis, les prix des métaux ont continué de se détériorer ou sont restés faibles.

Jeudi, 5N Plus a annoncé avoir pris des charges exceptionnelles et des radiations totalisant 204 millions. La moitié de ces charges sont relatives à l'acquisition du groupe belge MCP, en avril 2011, au coût de 300 millions d'euros. En excluant les charges de dépréciation, 5N Plus a enregistré un bénéfice avant intérêt, impôt et amortissement de 6,4 millions au quatrième trimestre terminé le 31 décembre. Ce résultat a déçu les analystes.

Plusieurs d'entre eux ont revu à la baisse leurs attentes pour l'entreprise. Michael Goldberg, de Stonecap Securities, et Jonathan Lee, de Byron Capital Markets, suggèrent désormais de vendre le titre. Rupert Merer, de la FBN, délaisse sa recommandation d'achat, mais propose de conserver le titre. Les analystes de Valeurs mobilières Banque Laurentienne et CIBC maintiennent leur recommandation d'achat.

Transaction coûteuse

Dans un entretien téléphonique, le PDG Jacques L'Écuyer admet qu'en rétrospective, 5N Plus a payé trop cher pour MCP, mais il défend encore cette transaction.

«Elle est survenue à un moment opportun, où nous avions une grande dépendance au secteur de l'énergie solaire et à un client en particulier, dit-il. Ça faisait partie de notre stratégie de diversification.»

Et si M. L'Écuyer peut se féliciter de cette stratégie aujourd'hui, en dépit du prix payé pour MCP, c'est que le marché du solaire est pris dans une situation de surcapacité et que les prix se sont effondrés. M. L'Écuyer compte maintenant sur une remontée des prix, ou à tout le moins une stabilisation, pour redonner du lustre aux résultats financiers.

Investissement Québec détient 10,3% des actions de 5N Plus.

Établie à Montréal, mais présente sur quatre continents, 5N Plus produit des métaux spéciaux et produits chimiques (bismuth, gallium, tellure) utilisés dans le secteur de l'énergie solaire, des diodes électroluminescentes et des matériaux écologiques.

Revenus: 551,7 millions

> Bénéfice avant impôt, intérêt et amortissement (ajusté): 37,8 millions

> Perte nette: 227,8 millions

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer