Le pétrole rebondit timidement dans un marché toujours nerveux

Les prix du pétrole ont légèrement rebondi vendredi à New York, aidés par des... (PHOTO HASAN JAMALI, ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

PHOTO HASAN JAMALI, ASSOCIATED PRESS

Agence France-Presse
New York

Les prix du pétrole ont légèrement rebondi vendredi à New York, aidés par des achats à bon compte après avoir nettement chuté au cours des dernières séances, dans un marché nerveux à l'approche d'échéances clefs aux États-Unis et en Europe la semaine prochaine.

Le baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en avril, dont c'était le deuxième jour d'utilisation comme contrat de référence, a avancé de 29 cents à 93,13$, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Les cours pétroliers ont amorcé un mouvement timide de rebond, portés par «des achats à bon compte qui ont fait suite à une chute vertigineuse des cours cette semaine», a noté John Kilduff, de Again Capital.

Les prix ont chuté de plus de 4,50$ au cours des deux dernières séances, dans un marché craignant notamment une fin prématurée du soutien énorme apporté par la Réserve fédérale américaine (Fed) à l'économie américaine.

En effet, des minutes de l'institution ont révélé mercredi que certains dirigeants de la Fed s'inquiétaient du cap actuel de sa politique monétaire, ce qui a été interprété comme un signe qu'elle pourrait diminuer plus tôt que prévu ses rachats d'actifs.

«Cela aurait un effet nettement baissier pour les actifs pétroliers, le cours de l'or, ou même pour le marché des actions», a souligné Michael Lynch, de Strategic Energy and Economic Research.

Dans ce contexte, la «semaine prochaine sera particulièrement stressante avec notamment une intervention du (président de la Fed) Ben Bernanke devant le Congrès» américain mardi et mercredi au sujet de la politique monétaire américaine, a poursuivi M. Kilduff.

«Il y sera assommé de questions» et toutes ses réponses seront susceptibles d'avoir un impact important sur les marchés financiers, a-t-il ajouté.

Les courtiers ne perdront pas non plus de vue, selon lui, l'approche de la date d'entrée en vigueur de coupes automatiques drastiques dans le budget américain, faute d'accord au Congrès, le 1er mars.

La prudence restait aussi de mise à quelques jours des élections législatives en Italie dimanche et lundi, dont l'issue pourrait déterminer à la fois le sort des réformes économiques dans le pays et la poursuite d'une relative accalmie sur les marchés financiers vis-à-vis de la zone euro.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer