Revue hebdo: marché atone pour les métaux de base

Des lingots d'aluminium dans un entrepôt de Rusal... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

PHOTO REUTERS

Des lingots d'aluminium dans un entrepôt de Rusal en Sibérie.

Julien Girault
Agence France-Presse
Londres

Les prix des métaux industriels échangés au London Metal Exchange (LME) ont fluctué cette semaine au sein de fourchettes étroites, peinant à adopter une direction claire en l'absence des investisseurs chinois en raison des congés pour le Nouvel An lunaire.

 

 

Alors qu'une semaine de vacances marquant le début de l'année du Serpent maintenait loin des marchés les opérateurs chinois, «la faiblesse des volumes d'échanges sur le LME a conduit à de vives fluctuations des cours, sans direction nette», a commenté Stephen Briggs, analyste de BNP Paribas.

«En l'absence de statistiques chinoises susceptibles d'animer le marché, les investisseurs ont tourné leur attention vers les indicateurs en demi-teinte publiés aux États-Unis et les indicateurs médiocres de la zone euro», dont l'économie s'est à nouveau contractée au quatrième trimestre, a-t-il poursuivi, observant que les différents métaux avaient connu des sorts contrastés au fil des jours.

Les cours des métaux sont cependant restés cantonnés dans des fourchettes étroites et, à l'exception notable de l'aluminium, ont terminé la semaine en petite baisse dans un marché empreint de prudence et faisant preuve d'attentisme.

«Les investisseurs attendent de voir si le retour des investisseurs chinois lundi, après les congés du Nouvel An lunaire, va se traduire ou non par un rebond de la demande» capable de tirer les cours vers le haut, a souligné Gayle Berry, analyste de la banque Barclays.

De fait, le marché reste suspendu aux incertitudes sur la vigueur de la demande de la Chine, de loin le principal pays consommateur de métaux industriels de la planète.

«Certes, les indicateurs chinois publiés en janvier en Chine étaient meilleurs que les attentes, renforçant l'optimisme sur les perspectives du pays au premier trimestre», mais «il y aussi eu des signaux inquiétants sur la demande de métaux dans le pays», a expliqué Mme Berry.

Ainsi, les analystes redoutent que la récente hausse des importations de métaux par le géant asiatique s'explique davantage par un fort gonflement des stocks de la Bourse des métaux de Shanghai et des entreprises, plutôt que par des besoins réels du secteur industriel.

L'ALUMINIUM a été le seul parmi les métaux de base échangés au LME à terminer la semaine en hausse.

«Les opérateurs sont de plus en plus convaincus que la demande mondiale d'aluminium va s'accélérer cette année», notamment dopée «par les efforts croissants de l'industrie automobile de fabriquer des véhicules de plus en plus légers», ont observés les analystes de Commerzbank.

Le Russe Rusal, le plus gros producteur d'aluminium dans le monde, a indiqué en fin de semaine dernière lors de ses résultats trimestriels qu'il anticipait une croissance de 6% de la demande mondiale en 2013, avec un bond de 9,5% de la consommation chinoise compensant un repli de 2% de la demande en Europe.

Le ZINC s'est hissé mercredi à 2230$ la tonne, un sommet depuis septembre 2011, porté comme depuis le début de l'année par un regain d'espoir sur la reprise de la demande, avant d'effacer ses gains et de terminer la semaine en nette baisse, dans un marché cependant pénalisé par la surabondance des stocks dans les entrepôts du LME (plus de 1,2 million de tonnes).

Selon des chiffres publiés mercredi par le Groupe international d'études sur le zinc et le plomb (ILZSG), l'excédent de production sur le marché du zinc sur les 11 premiers mois de 2012 s'est cependant légèrement replié, à 267 000 tonnes, contre 323 00 tonnes sur la même période l'année précédente.

Le marché du plomb a quant à lui enregistré sur les onze premiers mois de 2012 un excédent de production de 60 000 tonnes, soit un repli de la tendance après un surplus de 179 000 tonnes sur la période équivalente en 2011.

Sur le LME, la tonne de cuivre pour livraison dans trois mois s'échangeait à 8214$ vendredi contre 8279$ une semaine plus tôt à la même heure.

L'aluminium valait 2162 dollars la tonne contre 2116$.

Le plomb valait 2412$ la tonne contre 2419$.

L'étain valait 24 825$ la tonne contre 24 955$.

Le nickel valait 18 342$ la tonne contre 18 398$.

Le zinc valait 2175$ la tonne contre 2202$.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer