Bois d'oeuvre: la remontée des prix se confirme

(Montréal) Après une remontée substantielle des prix en 2012, les produits forestiers de construction sont, parmi toutes les ressources naturelles, le premier choix d'investissement de la Banque Scotia pour 2013.

Patricia Mohr, spécialiste des ressources chez Scotia, s'attend à ce que la reprise des secteurs du bois d'oeuvre et des panneaux de bois s'étende sur plusieurs années encore.

Déjà, les prix des panneaux de bois et du bois d'oeuvre ont connu les plus fortes croissances (80 et 48% respectivement) en 2012 parmi les 32 ressources canadiennes suivies par Mme Mohr, devant l'orge (35%), le canola (21%) et le plomb (14%).

Dans son rapport mensuel publié jeudi, Mme Mohr dit prévoir une hausse des prix du bois d'oeuvre de 14,1% en 2013, par rapport à la moyenne de 2012. Pour les panneaux, elle prévoit une augmentation de 11,5%.

Il faut dire que depuis 2006, beaucoup d'usines ont fermé leurs portes en Amérique du Nord, de sorte que le phénomène de surcapacité de production s'estompe. Dans le secteur du bois d'oeuvre, par exemple, la demande correspondait à 69% de la capacité totale en 2011. Cela devrait passer à environ 78% en 2013.

Si l'offre a diminué, la demande continue de prendre du mieux. La construction de maisons a repris un peu de vigueur aux États-Unis. En novembre, le nombre de mises en chantier a augmenté de 22% par rapport à novembre 2011. Le rythme devrait encore augmenter dans les deux prochaines années.

Mais il n'y a pas que les clients nord-américains qui achètent le bois canadien. La demande chinoise augmente également, observe Patricia Mohr, ce qui profite aux producteurs de Colombie-Britannique.

Si le prix du bois d'oeuvre et des panneaux devrait grimper, les prix des autres produits forestiers, dont la pulpe et le papier journal, demeureront stables, selon Scotia.

Le secteur des produits forestiers est celui qui a connu la meilleure performance entre novembre 2011 et novembre 2012 (12,9%), selon l'indice des prix des ressources de la Banque Scotia. Dans son ensemble, l'indice, pondéré selon l'importance de 32 ressources au Canada, reste sur une baisse de 8,4% sur 12 mois.

Le secteur des minéraux et des métaux a connu un recul de 13,1% pendant la période. Mais la récente remontée des prix du fer pointe vers une meilleure année pour les ressources, alors que les économies, la Chine en tête, seront en phase de reconstruction des stocks.

Surpondérer les mines

Dans ce contexte, le groupe UBS recommande aux investisseurs de surpondérer le secteur minier dans leurs portefeuilles en 2013. «L'anxiété macroéconomique qui caractérisait les marchés globaux des actions et des ressources est en voie de passer», soutient le groupe suisse dans un rapport de recherche diffusé hier.

UBS note que les actions du secteur minier mondial ont offert un rendement nul aux actionnaires depuis le début de l'année. Mais la stabilisation du prix des métaux et les programmes de réduction de coûts devraient relancer la performance des minières, croit UBS.

Les choix préférés de UBS pour 2013 sont dans le secteur du charbon (CONSOL Energy, entre autres), le fer (Rio Tinto et Forescue), et les métaux précieux (Franco-Nevada et Silver Wheaton).

En chiffres

47,8%

Hausse du prix du bois d'oeuvre entre le 14 décembre 2011 et le 14 décembre 2012

19%

Part québécoise de la production canadienne de bois d'oeuvre en 2011

5,1 MILLIARDS

Chiffre d'affaires de l'industrie québécoise de la fabrication de produits en bois en 2011

Sources : Banque Scotia, Conseil de l'industrie forestière du Québec

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer