Le pétrole miné par l'impasse budgétaire américaine

Les cours du pétrole ont clôturé en baisse mercredi à New York, les... (PHOTO HASAN JAMALI, ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

PHOTO HASAN JAMALI, ASSOCIATED PRESS

Agence France-Presse
Londres

Les cours du pétrole ont clôturé en baisse mercredi à New York, les investisseurs faisant preuve de nervosité face à la perspective d'une impasse budgétaire aux États-Unis, premier consommateur mondial de brut, en dépit d'une baisse surprise des stocks de brut américains.

Le baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en janvier a lâché 69 cents à 86,49$, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Les cours ont reculé car les investisseurs ont le sentiment que «les négociations budgétaires ne vont pas aussi bien que ce que l'on pensait la semaine dernière», avant le retour des parlementaires à Washington lundi, a remarqué Bart Melek, de TD Securities.

Si les responsables politiques ne parviennent pas à un compromis d'ici la fin de l'année, une cure d'austérité forcée s'imposera au pays, risquant d'anéantir la reprise économique encore fragile.

Des interventions du président américain Barack Obama, qui a dit «espérer» la conclusion d'un accord «avant Noël» ou du chef de file des républicains à la chambre des Représentants John Boehner, qui s'est dit optimiste sur les chances d'un compromis, n'ont pas suffi à rassurer les opérateurs.

Les prix du brut effacent par ailleurs «une partie des gains enregistrés la semaine dernière et qui n'étaient pas forcément justifiés puisqu'il n'y avait pas beaucoup d'échanges sur le marché» en raison des fêtes de Thanksgiving, a souligné M. Melek.

Le recul des cours était toutefois tempéré par la baisse surprise des réserves de pétrole aux États-Unis.

Selon les chiffres hebdomadaires du département de l'Énergie (DoE), les stocks de brut ont diminué de 300 000 barils lors de la semaine achevée le 23 novembre pour s'établir à 374,1 millions de barils, alors que les experts interrogés par l'agence Dow Jones Newswires prévoyaient une augmentation de 500 000 barils.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer