Usine d'urée à Bécancour: investissement de 1,2 milliard

IFFCO viendra établir son usine d'engrais dans le... (PHOTO FRANÇOIS GERVAIS, ARCHIVES LE NOUVELLISTE)

Agrandir

IFFCO viendra établir son usine d'engrais dans le parc industriel de Bécancour.

PHOTO FRANÇOIS GERVAIS, ARCHIVES LE NOUVELLISTE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La ville de Bécancour ne décolère pas de la fermeture annoncée de la centrale nucléaire Gentilly-2, mais elle peut se réjouir d'un nouvel investissement de taille. Le projet d'usine d'urée a été lancé officiellement hier. Cet investissement de 1,2 milliard de dollars est piloté par la Coop fédérée et l'Indian Farmers Fertiliser Cooperative (IFFCO).

«C'est rare qu'on importe des emplois dans les pays industrialisés», s'est réjoui Claude Lafleur, de la Coop fédérée. Il était accompagné des dirigeants indiens de la IFFCO.

Le patron de IFFCO, le Dr US Awatshi, a rappelé qu'il dirige une coopérative qui vise à faire des profits, mais aussi à favoriser le «développement des communautés et des fermiers».

Exploitation en 2017

Le projet en est encore à la première étape. Un total de 20 millions seront engagés dans les études de préfaisabilité sur cette usine d'engrais. Investissement Québec y injecte 5 millions. Viendront ensuite les études de conception et des études environnementales, qui doivent durer un peu plus d'une année. Si le projet a le feu vert, la construction commencera en 2014. Elle durera trois ans et emploiera 1500 personnes. On espère que l'usine d'urée entre en exploitation en 2017. Elle devrait employer près de 300 personnes.

«On n'a pas le droit de présumer du résultat de chaque étape. On peut seulement être optimiste et enthousiaste», a commenté Yves-François Blanchet, whip du gouvernement et responsable de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer