Le pétrole finit sous le seuil des 90$ le baril

Des installations pétrolières en Grèce.... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

PHOTO REUTERS

Des installations pétrolières en Grèce.

Agence France-Presse
New York

Les cours du pétrole ont clôturé mercredi sous le seuil des 90 dollars, dans un marché préoccupé par la montée des tensions en zone euro et ses conséquences sur la demande en brut, malgré une baisse inattendue de l'offre aux États-Unis.

Le baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en novembre a abandonné 1,39$, à 89,98$, clôturant pour la première fois depuis le 2 août sous le seuil des 90$, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Le marché de l'or noir a été plombé par «une liquidation massive des positions à la hausse (sur le brut) à cause d'inquiétudes sur la zone euro», a commenté Jim Ritterbusch, de Ritterbusch Associates.

«Au cours de l'essentiel du troisième trimestre, le brut avait été soutenu par des spéculations sur des actions de relance (des banques centrales), ce qui s'est effectivement produit, et sur une escalade des tensions géopolitiques, ignorant les données de base du marché», a observé David Bouckhout, de TD Securities.

«Aujourd'hui, alors que le trimestre est sur le point de se terminer, les courtiers tournent leur attention vers ces facteurs de base et ils ne sont pas aussi bons qu'espéré», a-t-il ajouté.

En effet, le marché assistait avec anxiété à la montée des tensions en zone euro, avec «les manifestations violentes en Espagne contre de nouvelles mesures d'austérité, qui ont assombri les marchés financiers et mis le brut sous pression», ont commenté les experts de Commerzbank.

«Cela nous rappelle la fragilité de la situation sur place, et entraîne une chute précipitée de l'euro contre le dollar, ce qui participe à mettre les matières premières sous pression, le brut étant celle qui réagit le plus fort», a noté John Kilduff, de Again Capital.

En effet, la hausse du billet vert pénalise les achats d'actifs libellés en dollars, les rendant moins intéressants pour les acheteurs munis d'autres devises.

Dans ce contexte, la nouvelle d'une baisse inattendue des stocks de brut, annoncée dans la matinée par le département de l'Energie américain (DoE), «a été relativement ignorée», a noté M. Bouckhout.

Le département de l'Energie (DoE) a fait état mercredi d'une diminution de 2,4 millions de barils des réserves de brut aux Etats-Unis lors de la semaine achevée le 21 septembre, alors que les analystes interrogés par l'agence Dow Jones Newswires misaient sur une hausse de 1,1 million de barils.

Les stocks de produits distillés ont eux aussi, contre toute attente, reculé de 500 000 barils, tandis que les stocks d'essence affichaient également une baisse surprise de 500 000 barils.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer