Vente de Nexen: DBRS n'est pas convaincue

En bourse

T.NXY
Le chef de la direction de Nexen, Kevin Reinhart,... (Photo Jeff Mcintosh, Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Photo Jeff Mcintosh, Archives La Presse Canadienne

Le chef de la direction de Nexen, Kevin Reinhart, a donné son accord à la prise de contrôle de Nexen par la société d'État chinoise CNOOC.

La Presse Canadienne
Toronto

La firme de notation DBRS a estimé mercredi que le bénéfice net de la prise de contrôle de Nexen (T.NXY) par une entreprise chinoise était «assez mitigé en ce qui a trait aux aspects économique et politique».

L'agence fait remarquer que l'entente n'est pas essentielle pour Nexen puisqu'elle est déjà une entreprise solide avec un bon accès aux marchés des capitaux.

Cependant, DBRS estime que la prise de contrôle améliorerait les relations canado-chinoises «de façon importante».

Ottawa étudie la transaction de 15,1 milliards, qui verrait Nexen passer aux mains de Chinese National Offshore Oil Company, en vertu de la Loi sur Investissement Canada.

L'accord doit notamment convaincre les autorités du «bénéfice net» qui découlerait de la transaction. C'est cet aspect qui a notamment fait échouer la prise de contrôle hostile de Potash Corporation du Canada par BHP-Billiton.

Les actionnaires de Nexen ont approuvé la transaction lors d'un vote tenu la semaine dernière.

L'action de Nexen s'échangeait mercredi après-midi en hausse de trois cents à 24,76 $ à la Bourse de Toronto, ce qui reste inférieur à la valeur de 27,50 $ offerte par CNOOC pour chaque titre. L'écart entre les deux montants laisse croire que les marchés ne sont toujours pas convaincus que la transaction ira de l'avant.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer