Nexen: une vente qui susciterait des craintes à Ottawa

En bourse

T.NXY
Le chef de la direction de Nexen, Kevin Reinhart,... (Photo Jeff Mcintosh, Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Photo Jeff Mcintosh, Archives La Presse Canadienne

Le chef de la direction de Nexen, Kevin Reinhart, a donné son accord à la prise de contrôle de Nexen par la société d'État chinoise CNOOC.

La Presse Canadienne
Ottawa

Le ministre d'État aux Finances a indiqué mardi qu'il entendait beaucoup de commentaires négatifs sur l'offre d'une compagnie chinoise d'acheter la pétrolière canadienne Nexen (T.NXY).

Ted Menzies, qui est originaire de l'Alberta, soutient que l'offre de 15,1 milliards suscite beaucoup d'intérêt auprès des anciens députés et des députés actuels du Parti conservateur.

Le ministre d'État a déclaré qu'alors que certains sont enthousiastes, la majorité des députés sont inquiets face à la transaction.

Lundi, le député conservateur Rob Anders a indiqué qu'il était contre la prise de contrôle, qualifiant la Chine de «pays qui n'est pas bienveillant».

Industrie Canada examine pour l'instant la transaction pour déterminer si celle-ci se fait dans le meilleur intérêt du pays. Le gouvernement a déjà indiqué qu'il demandera des garanties aux Chinois pour que Nexen continue d'opérer selon les règles de l'économie de marché.

Le ministre de l'Indusrie Christian Paradis a souligné lundi que ces enjeux seront analysés de près.

Ted Menzies a soutenu que la transaction sera jugée sur son fond, ajoutant que c'est un bon signe de voir que des entreprises étrangères sont intéressées à investir au pays.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer