Le pétrole affecté par la reprise du dollar

Les prix du pétrole ont terminé en baisse à New York lundi, après un début de... (PHOTO ARCHIVES AFP)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES AFP

Agence France-Presse
New York

Les prix du pétrole ont terminé en baisse à New York lundi, après un début de séance dans le vert, affectés par un dollar se reprenant légèrement face à l'euro et par des craintes persistantes sur l'état de l'économie mondiale.

Le baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en septembre a perdu 14 cents par rapport à la clôture vendredi, à 92,73$.

La baisse du prix du brut est due en partie «à des mouvements monétaires» en cours de séance, a indiqué James Williams, de WTRG Economics. Le léger renchérissement du billet vert entre l'ouverture et la clôture du marché rendait moins attractifs les achats de brut, libellés en dollars, pour les investisseurs munis d'autres devises.

Par ailleurs, le marché «ne voit pas suffisamment de signes économiques justifiant le niveau de prix» actuel de l'or noir, et tend à suivre le mouvement à la baisse des places boursières, a ajouté M. Williams.

Le WTI pliait aussi sous les prises de bénéfices, notait David Morrison, analyste chez GFT Markets.

La remontée de tensions au Moyen-Orient avait toutefois entretenu une certaine remontée des cours en début de séance.

«On continue d'entendre de plus en plus de rumeurs en provenance du Moyen-Orient indiquant que les Israéliens s'inquiètent de plus en plus du programme nucléaire iranien. On craint qu'ils passent à l'étape suivante et attaquent les installations nucléaires iraniennes avant la fin de l'année», a expliqué M. Williams.

Les tensions dans la région ont aussi été ravivées par une collision accidentelle survenue dimanche entre un destroyer lance-missiles américain et un pétrolier japonais dans le détroit d'Ormuz. «Même si cela n'affecte pas les expéditions, cela démontre combien le détroit est vulnérable», a souligné John Kilduff, analyste à Again Capital.

Le détroit d'Ormuz est contrôlé par l'Iran, qui a menacé à plusieurs reprises de fermer l'accès à ce passage stratégique par lequel transitent environ 30% du trafic maritime de pétrole.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer