Revue hebdo: les métaux de base minés par l'économie

Les cours des métaux industriels échangés au London Metal Exchange (LME) ont... (Photothèque: La Presse)

Agrandir

Photothèque: La Presse

Julien Girault
Agence France-Presse
Londres

Les cours des métaux industriels échangés au London Metal Exchange (LME) ont trébuché cette semaine, minés par les actions de plusieurs grandes banques centrales et des chiffres décevants sur l'emploi américain, qui alimentaient les inquiétudes sur l'économie mondiale.

Après avoir poursuivi en début de semaine le fort rebond entamé fin juin, les cours des métaux de base ont effacé sur les séances de jeudi et vendredi leurs gains des jours précédents, dans un marché très nerveux.

«Les volumes d'échanges ont été très limités mercredi, alors que les marchés américains étaient fermés en raison d'un jour férié», pour cause de fête nationale aux États-Unis, et c'est dans ce marché peu animé que les prix ont commencé à fléchir, «pâtissant d'un mouvement de prises de bénéfices» après plusieurs séances de forte hausse, a expliqué Edward Meir, analyste du courtier INTL FCStone.

Ensuite, «le marché a nettement fléchi jeudi après l'annonce» d'une décision de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE), a-t-il ajouté.

La BCE a abaissé, comme prévu, son taux directeur à 0,75%, son plus bas niveau historique, dans une tentative de doper une économie européenne morose, mais sans annoncer d'autres mesures - comme des rachats de dette publique - décevant les attentes des investisseurs, ce qui a pesé sur l'euro.

Or, le net renchérissement du dollar face à un euro affaibli a contribué à rendre moins attractifs les achats de matières premières libellés dans la monnaie américaine pour les investisseurs munis d'autres devises.

Alors que le ralentissement de l'économie en Chine, de loin le premier pays consommateurs de métaux de base, concentre depuis plusieurs mois les préoccupations des opérateurs, l'annonce d'une baisse surprise des taux d'intérêts de la banque centrale chinoise jeudi a également contribué à déprimer le marché.

Cette décision, destinée à soutenir la croissance chinoise, «a alimenté les craintes de voir des indicateurs attendus la semaine prochaine dans le pays bien plus mauvais que prévu» et cet environnement économique morose plomber la demande en métaux du géant asiatique, ont expliqué les analystes de Commerzbank.

De fait, «la demande chinoise de métaux est déjà limitée par la faiblesse de l'activité dans le secteur de la construction», a observé Nicholas Snowdon, analyste chez Barclays Capital.

Les prix des métaux ont de surcroît accéléré leurs pertes vendredi, après des chiffres décevants de l'emploi aux États-Unis. Le rapport officiel mensuel sur le marché du travail américain a fait état de 80 000 emplois crées en juin, soit bien moins qu'anticipé par les analystes, ce qui ravivait les craintes sur la santé de la première économie mondiale.

Le PLOMB et le ZINC restent pénalisés par des excédents de production persistants sur le marché mondial.

Ainsi, sur les quatre premiers mois de 2012, le marché du plomb a enregistré un surplus de 22 000 tonnes (toutefois en net recul par rapport à l'excédent de 76 000 tonnes enregistré sur les quatre premiers mois de 2011), tandis que l'excédent de production pour le zinc s'est établi à 121 000 tonnes (contre 191 000 tonnes sur la même période en 2011), a indiqué cette semaine le Groupe international d'études sur le plomb et le zinc (ILZSG).

Sur le LME, la tonne de cuivre pour livraison dans trois mois s'échangeait à 7573$ vendredi contre 7684$ une semaine plus tôt.

L'aluminium valait 1910$ la tonne contre 1905$.

Le plomb valait 1841$ la tonne contre 1842$.

L'étain valait 18 750$ la tonne contre 18 910$.

Le nickel valait 16 513$ la tonne contre 16 690$.

Le zinc valait 1840$ la tonne contre 1860$.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer