Le pétrole poursuit son repli, la croissance mondiale inquiète

Les prix du pétrole poursuivaient leur net repli vendredi en fin  d'échanges... (Photo Reuters)

Agrandir

Photo Reuters

Agence France-Presse
Londres

Les prix du pétrole poursuivaient leur net repli vendredi en fin d'échanges européens, minés par les craintes sur la zone euro après un abaissement de la note de l'Espagne, dans un marché par ailleurs déçu par l'allocution la veille du président de la banque centrale américaine (Fed).

Vers 16H00, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet valait 97,79 dollars sur l'IntercontinentalExchange (ICE) de Londres, en baisse de 2,14 dollars par rapport à la clôture de jeudi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de «light sweet crude» (WTI) pour la même échéance perdait 1,96 dollar à 82,86 dollars.

Les cours du baril accentuaient leur chute de la veille, dans un marché nerveux, effaçant quasi intégralement le rebond enregistré sur les trois premiers jours de la semaine.

«Le discours de Ben Bernanke (président de la Fed, NDLR) a mis un terme au rebond des prix» et précipité leur chute, observait Olivier Jakob, analyste de la société suisse Petromatrix.

«Pas plus que Mario Draghi», le président de la Banque centrale européenne (BCE) qui s'est exprimé un jour auparavant, «il n'a fourni de détails sur d'éventuelles nouvelles mesures d'assouplissement quantitatif, ce qui a déçu les investisseurs» qui tablaient sur un nouveau coup de pouce de la Fed, soulignait M. Jakob.

Lors d'une audition devant un comité du Congrès, le président de la Fed s'est montré avare de détails sur les perspectives de politique monétaire de l'institution, tout en estimant que la croissance économique semblait «devoir continuer à un rythme modéré dans les trimestres à venir».

Ces commentaires ont douché les spéculations sur une intervention à court terme de la Fed par des injections de liquidités dans l'économie américaine, dont la reprise montre pourtant des signes de faiblesse.

Par ailleurs, «les craintes d'une aggravation de la contagion de la crise de la dette dans la zone euro ont été avivées par l'abaissement de la note de crédit de l'Espagne» par l'agence de notation financière Fitch, alors que le pays se débat face aux colossales difficultés de son secteur bancaire, indiquaient les experts du cabinet viennois JBC Energy.

Fitch a abaissé la note espagnole de trois crans (A à BBB), à deux crans d'être considérée comme un investissement spéculatif, évoquant notamment le «coût budgétaire d'une restructuration et d'une recapitalisation du secteur bancaire espagnol» et assortissant la note d'une perspective négative.

Dans ce contexte, le renchérissement du dollar face à un euro sous pression contribuait à tirer les cours du baril vers le bas, en rendant encore moins attractifs les achats de pétrole, libellés dans la monnaie américaine, pour les investisseurs munis d'autres devises.

De plus, la baisse-surprise des taux d'intérêt en Chine annoncée jeudi, qui avait brièvement dopé les prix des matières premières en laissant présager une demande énergétique accrue du deuxième pays consommateur de brut, contribuait vendredi à peser sur le marché.

«On peut se demander ce que cette baisse, la première depuis 2008, traduit de l'état réel de l'économie chinoise», et si elle ne répond pas à une aggravation de la situation économique du géant asiatique, indiquait Olivier Jakob.

La décision de la banque centrale chinoise intervient avant la publication samedi d'une série d'indicateurs économiques pour mai, qui seront scrutés par les investisseurs après le net ralentissement de l'économie chinoise enregistré en avril.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer