Sears Canada: d'ex-employés amers face aux primes des patrons

Sears Canada a annoncé en juin qu'elle avait... (photo Ryan Remiorz, archives la presse canadienne)

Agrandir

Sears Canada a annoncé en juin qu'elle avait l'intention de fermer 59 magasins à travers le pays et de supprimer environ 2900 emplois, sans indemnité, dans le cadre de sa restructuration sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies.

photo Ryan Remiorz, archives la presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
TORONTO

Le programme de Sears Canada consistant à distribuer des millions de dollars en primes à certains de ses hauts dirigeants - alors que le grand détaillant n'a pas versé d'indemnité de départ à ses employés remerciés - a été accueilli dans l'incrédulité, vendredi.

Sears Canada a obtenu la permission de la cour pour le versement de primes de rétention totalisant 9,2 millions $ dans le cadre d'un compromis conclu avec ses employés retraités qui verra l'entreprise continuer à effectuer certains paiements liés aux avantages sociaux et au régime de retraite jusqu'au 30 septembre.

Ken Eady, qui a travaillé pendant 30 ans chez Sears avant de prendre sa retraite, a mal accueilli l'annonce du versement des primes.

«Voir des gens être remerciés après 30 ou 40 ans de service, sans préavis raisonnable, ou sans indemnité, et puis voir ces gens être payés des millions de dollars en primes pour rester semble si déséquilibré et si déraisonnable que c'est inacceptable», a estimé celui qui travaille maintenant au sein de l'association indépendante des retraités du grand détaillant.

Sears Canada avait initialement demandé à la cour la permission d'interrompre immédiatement les contributions spéciales au régime de retraite, ainsi que les paiements des avantages liés aux soins de santé et aux soins dentaires et les primes d'assurance vie postérieures à la retraite en raison d'un important manque de liquidités.

Dans son approbation des primes de 9,2 millions $, le juge Glenn Hainey a écrit que les détails de ces paiements devraient rester confidentiels. Mais la société a estimé, lorsqu'elle a demandé en juin la protection de la cour contre ses créanciers, qu'elle devrait payer 7,6 millions $ pour certains employés clés du siège social et 1,6 million $ pour les gérants des magasins qui seront fermés dans le cadre de la restructuration.

Selon le porte-parole de Sears Canada, Joel Shaffer, de tels paiements sont habituels dans les procédures de protection contre les créanciers, et visent à préserver le moral de certains employés clés en regard de certains indicateurs de performance. Les paiements jouent ainsi un rôle de soutien afin de s'assurer de la meilleure issue possible pour l'entreprise et les détenteurs de parts, a-t-il ajouté, et leur absence pourrait empirer la situation.

En plus d'approuver l'entente entre l'entreprise et ses anciens employés, le juge Hainey a autorisé Sears Canada à entamer immédiatement le processus de vente et de sollicitation visant à obtenir des propositions pour l'acquisition de l'entreprise ou de certains de ses actifs, ou encore pour investir dans ceux-ci.

Sears Canada a annoncé en juin qu'elle avait l'intention de fermer 59 magasins à travers le pays et de supprimer environ 2900 emplois, sans indemnité, dans le cadre de sa restructuration sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC).




publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer