Sears Canada serait au bord de la faillite

Sears Canada a indiqué mardi qu'elle entretenait un «doute important» quant à... (Photo Ninon Pednault, archives La Presse)

Agrandir

Photo Ninon Pednault, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Aleksandra Sagan
La Presse Canadienne
Toronto

Sears Canada a indiqué mardi qu'elle entretenait un «doute important» quant à son avenir et qu'elle pourrait se mettre en vente ou se restructurer, un nouvel indicateur de la crise que traverse le secteur de la vente au détail depuis la montée en popularité du magasinage en ligne.

Le grand détaillant, connu notamment pour ses catalogues qui se trouvaient dans les foyers de plusieurs générations de Canadiens, a vu son action plonger à la Bourse de Toronto dès l'ouverture des marchés, mardi matin. En fin d'avant-midi, le titre cédait 34 cents, soit 29,8%, pour se négocier à 80 cents.

Sears Canada a indiqué que, selon son évaluation actuelle, la trésorerie et les flux de trésorerie ne suffiraient «probablement pas» pour acquitter ses obligations dans les 12 prochains mois.

La société a rappelé être aux prises avec un contexte «très difficile». Elle affiche des pertes nettes depuis 2014, et des pertes d'exploitations récurrentes et des flux de trésorerie négatifs depuis cinq exercices financiers.

La compagnie a expliqué qu'elle sera en mesure d'emprunter seulement 109 millions des 175 millions de dollars dont elle dit avoir besoin.

Le communiqué précise qu'elle demeure aux prises avec un contexte très difficile, des pertes d'exploitation récurrentes et des flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation négatifs au cours des cinq derniers exercices, et elle affiche des pertes nettes depuis 2014.

Selon l'évaluation actuelle de la direction, la trésorerie et les flux de trésorerie prévus liés aux activités d'exploitation ne seront probablement pas suffisants pour acquitter les obligations qui deviendront exigibles au cours des 12 prochains mois.

Au premier trimestre, Sears Canada a encaissé une perte nette de 144,4 millions ou 1,42$ par action, comparativement à une perte de 63,6 millions ou 62 cents par action l'an dernier.

Ses revenus trimestriels ont reculé de 15,2% à 505,5 millions.

Les ventes des magasins comparables ont augmenté de 2,9% au premier trimestre par rapport à celles du trimestre correspondant de l'exercice précédent.




publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer