Exclusif

Une partie du DIX30 sera rasée

Les baux de 10 ans de nombreux commerces... (Photo Martin Chamberland, La Presse)

Agrandir

Les baux de 10 ans de nombreux commerces du DIX30 viendront à échéance l'automne prochain, puisque le centre commercial a été inauguré à l'automne 2006.

Photo Martin Chamberland, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dix ans après son inauguration, une partie du DIX30 doit être prise d'assaut par des grues avant la fin de l'année. La Presse a appris qu'une quinzaine de commerces pourraient être rasés.

Le projet vise à augmenter les parts de marché de l'immense centre commercial en améliorant sa densité et l'expérience de magasinage.

Selon un plan non définitif que La Presse a pu consulter, Carbonleo prévoit démolir un pâté entier de commerces situé au sud de l'avenue des Lumières. Cette allée regroupe Aldo, Browns et Dynamite, ainsi que deux enseignes du groupe Reitmans (RW & CO. et Thyme Maternité) et trois du groupe Marie-Claire (Marie-Claire, San Francisco et Terra Nostra).

Il est aussi question de raser les trois restaurants à l'intersection des boulevards Leduc et du Quartier, soit La Cage - Brasserie Sportive, Casey's et Les 3 Brasseurs. Le secteur où se trouvent la librairie Indigo et l'ancien restaurant Cumulus (fermé en 2013) serait également réaménagé.

« Ils ne sont pas fous. Ils voient bien que plusieurs détaillants ne sont pas contents [de leur niveau de ventes] au DIX30. Ils vont donc réduire intentionnellement le nombre de magasins. Le but, ce n'est pas de l'augmenter, sinon, il va y avoir des locaux vides », rapporte l'un des 10 locataires contactés pour ce reportage.

Les plans révèlent qu'Aldo et Browns seraient relocalisés à proximité. Mais certains commerces n'ont pas de nouvel emplacement. D'autres ne savent pas encore ce que l'avenir leur réserve et ils n'excluent pas la possibilité de devoir quitter le DIX30, nous ont-ils confié. Quelques-uns sont ravis du plan qui leur a été proposé puisque leur commerce était mûr pour des rénovations ou trop grand. Des rencontres avec les propriétaires du DIX30, Oxford et Carbonleo, sont prévues dans les prochaines semaines.

DAVANTAGE DE SOUS-TERRAIN

Le moment est idéal pour brasser les cartes. Les baux de 10 ans de nombreux commerces viendront à échéance l'automne prochain, puisque le centre commercial a été inauguré à l'automne 2006.

« On va relocaliser des locataires dans des espaces plus convenables pour eux. Certains veulent plus grand, d'autres, plus petit. Il y en a qui veulent quitter. [...] On démolit pour reconstruire », a confirmé Michel Brouillard, vice-président responsable de la location chez Oxford, un groupe ontarien ayant acheté 50% du DIX30 en 2014.

Les plans définitifs seront prêts dans deux mois. Des locaux ont sciemment été laissés vacants, ces derniers mois, pour y relocaliser temporairement des détaillants pendant les travaux, qui devraient durer un an.

Il est aussi question d'ajouter un stationnement souterrain. Il n'a pas été possible d'obtenir une évaluation des coûts des travaux.

SAKS OFF 5TH AU DIX30 ?

Selon nos informations, le DIX30 souhaite remplacer les commerces démolis et les stationnements adjacents par des espaces conçus pour de grands magasins. Les noms de Saks Off 5th et Simons circuleraient. Michel Brouillard n'a pas nié être en discussion avec Saks, Nordstrom et La Baie, mais rien n'est signé, jure-t-il.

Quand au secteur où se trouvent la Cage, Casey's et Les 3 Brasseurs, il serait transformé en stationnement. Les restaurants seraient déplacés de l'autre côté du boulevard Leduc.

Les commerçants à qui nous avons parlé accueillent bien cette volonté de renouveau dans les phases les plus vieillottes du DIX30. Car plusieurs sont frustrés que tous les nouveaux venus se soient installés dans le Square, diminuant du coup l'attrait de l'avenue des Lumières, où ils se trouvent.

« L'achalandage est en baisse de 10 ou 15 % depuis l'ouverture du Square, à cause de l'effet d'attraction de la nouveauté et du stationnement intérieur chauffé. »

- Un commerçant ayant requis l'anonymat

Selon un de ses voisins, qui estime être dans « la rue des loosers », le projet est « une nette amélioration » qui corrigera les erreurs d'aménagement qui nuisent à certains commerces. Mais il s'inquiète de l'impact des travaux sur l'achalandage.

« Ce sera très beau, promet Michel Brouillard. Grandiose. On veut améliorer l'expérience de magasinage pour que les gens restent plus longtemps, et qu'ils soient heureux le temps qu'ils sont là. [...] On veut embellir les lieux, améliorer le paysagement, rendre ça plus convivial pour que les gens aiment y marcher. »

Oxford ne cache pas que son objectif avec ces travaux est d'accroître ses parts de marché. « Le seul moyen [d'y arriver], c'est de rénover », affirme son haut dirigeant, puisqu'il n'y a aucun centre commercial à vendre.

Des locaux moins prisés

De toute évidence, on ne se bouscule plus pour louer des locaux au DIX30 comme c'était le cas il y a quelques années. Sur l'avenue des Lumières, le local du restaurant Cumulus, à deux pas du cinéma, est vide depuis trois ans. Idem pour l'espace jadis occupé par Mexx, qui a déclaré faillite il y a plus d'un an. Les ex-locaux de West Coast, Esprit et Limité sont également vacants. Dans le Square, nous avons répertorié huit locaux vides. Dans le secteur des grandes surfaces, en bordure de l'autoroute 30, les trois locaux entre DeSerres et Déco Découverte sont libres. Celui qu'occupait Bovet également. 

Il ne faut pas conclure pour autant que le DIX30 éprouve un problème d'achalandage, soulignent ceux à qui nous avons parlé. Car la situation est généralisée dans les centres commerciaux. Les ventes au détail sont loin d'être spectaculaires. De plus, les Américains sont moins motivés à ouvrir des magasins au Canada en raison de la reprise dans leur propre pays et de la faiblesse du huard. « Le DIX30, c'est le plus grand succès des 20 dernières années au Québec », lance, un brin jaloux, un haut dirigeant d'un propriétaire immobilier concurrent. Oxford affirme par ailleurs avoir intentionnellement laissé vacants certains locaux pour y loger temporairement des commerces pendant les travaux, qui doivent débuter avant la fin de l'année.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer