Metro: acquisition ou récompense aux actionnaires?

Le président et chef de la direction de... (PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE

Le président et chef de la direction de Metro, Eric La Flèche

La Presse Canadienne

La décision prise par Metro (MRU) de vendre près de la moitié de sa participation dans l'exploitant de dépanneurs Alimentation Couche-Tard (T.ATD.B) pousse certains observateurs à se demander si la chaîne de supermarchés songe à faire une acquisition ou à récompenser ses actionnaires.

L'entreprise montréalaise a annoncé mardi, une fois les marchés fermés, qu'elle vendait 48,2 % de son investissement dans Couche-Tard à trois banques canadiennes en échange d'une somme de 479 millions de dollars. Le produit net de la vente est estimé à quelque 380 millions de dollars.

Le président et chef de la direction de Metro, Eric La Flèche, a indiqué que le détaillant se penchait sur les façons d'utiliser le produit de la vente, incluant des placements dans les valeurs de croissance ou le versement de rendements aux actionnaires.

Les cibles probables d'une acquisition se trouvent dans le secteur canadien de l'alimentation ou des pharmacies, et comprennent la chaîne de supermarchés Overwaitea, en Colombie-Britannique, Safeway Canada, les pharmacies Rexall et la chaîne québécoise de pharmacies Uniprix.

Kevin Howlett, de Desjardins Marché des capitaux, a également laissé entendre que Familiprix et Jean Coutu (T.PJC.A) pourraient aussi intéresser Metro.

L'analyste a indiqué que Metro avait l'habitude des «acquisitions hautement efficaces», parmi lesquelles les magasins Loeb, A&P et une participation dans l'épicerie spécialisée Adonis. La chaîne a par le passé affirmé qu'elle ne se départirait pas de ses actions dans Couche-Tard tant qu'elle n'aurait pas une bonne raison de le faire.

«Nous pensons que la vente annoncée des actions de Couche-Tard est dictée par une utilisation connue du produit et non pas par l'évolution du marché», a écrit M. Howlett dans un rapport.

Irene Natel, de RBC Marchés des capitaux, a quant à elle dit croire que Metro se servirait fort probablement du produit de la vente afin de racheter ses actions et de rembourser sa dette.

«Nous ne croyons pas que Metro a une acquisition en vue en ce moment», a-t-elle écrit.

Les actions de Metro ont terminé la séance de mercredi à 64,79 $ à la Bourse de Toronto, en hausse de 2,09 $. Celles d'Alimentation Couche-Tard ont clôturé à 48,40 $, en baisse de 58 cents.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer