Fin d'année mouvementée pour les Magasins Hart

L'année 2012 n'a pas été de tout repos pour les Magasins Hart, de Laval, et les... (Photo Robert Skinner, La Presse)

Agrandir

Photo Robert Skinner, La Presse

André Dubuc
André Dubuc
La Presse

L'année 2012 n'a pas été de tout repos pour les Magasins Hart, de Laval, et les défis ne manqueront pas non plus en 2013, constate-t-on à la lecture des derniers états financiers que le détaillant a finalement rendus publics en décembre, avec six mois de retard.

Le 13 décembre dernier, l'exploitant de grands magasins de 45 000 pieds carrés ou moins a publié ses états financiers pour l'exercice clos le 29 janvier 2012. Cet accouchement tardif s'est visiblement fait dans la douleur. L'auditeur, Deloitte&Touche, a en effet remis sa démission le 6 décembre 2012, un événement rare.

Transition chaotique

Hart a installé un système informatique en cours d'exercice et la transition de l'ancien au nouveau système a semblé pour le moins chaotique. L'auditeur a en tout cas constaté plusieurs écarts inexplicables dans les stocks.

«Compte tenu de la récurrence [pervasiveness] des erreurs et des limites inhérentes aux tests d'audit, nous sommes incapables d'estimer avec suffisamment de précision l'impact de même que l'importance de ces différences sur le solde de l'inventaire et celui du coût des marchandises vendues», écrit Deloitte dans sa note aux lecteurs. La firme Ernst&Young a pris la relève comme auditeur.

«De notre côté, on dit que les états financiers représentent fidèlement la situation financière de notre entreprise», dit au téléphone Pat Filippelli, vice-président finances et chef de la direction financière des Magasins Hart.

Hart est sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC) depuis le 30 août 2011 et elle le restera jusqu'à la fin des remboursements d'une valeur totale de 6 millions prévus à ses créanciers, soit en février 2015. La chaîne a fermé 32 magasins sur 92, parmi ses moins rentables, dans le cadre de sa restructuration. Dans la région montréalaise, Hart exploite des magasins à Duvernay, Laval, Chambly et LaSalle. De plus, les transactions sur les actions des magasins Hart (HIS) sont bloquées à la Bourse TSX croissance depuis le 6 août 2012 et le resteront tant que la société ne sera pas à jour dans la divulgation de ses états financiers de l'exercice en cours.

Baisse de 20% des ventes de magasins comparables

Pour ce qui est de l'exercice clos le 29 janvier 2012, la perte nette s'élève à 36 millions, en raison d'éléments liés à la restructuration. En excluant ces éléments non récurrents, la perte nette décroît à 9,4 millions. Les ventes annuelles se chiffrent à 145 millions. Plus inquiétant, les ventes de magasins comparables, soit les 60 magasins qui restent en exploitation, ont baissé de près de 20% en un an.

Qui plus est, la société ne respectait pas certains engagements liés à un prêt rotatif contracté auprès de la CIBC en date du 25 juillet 2012. Le solde du prêt s'élevait alors à 9,3 millions.

M. Filippelli se fait rassurant. «On a fait les changements qu'il fallait faire, maintenant c'est business as usual.»

Un premier paiement de 1 million a été fait aux créanciers en septembre. L'actionnaire principal de Hart a prêté 2,5 millions à la société en septembre 2012. L'entreprise a vendu son siège social à la caisse de retraite Hoop pour 14 millions le 12 décembre. Comme Hoop assume l'hypothèque dont le solde est estimé à 6,9 millions, Hart a donc touché 7,146 millions pour la vente de son immeuble, qui englobe siège social et entrepôt. Elle y sera dorénavant locataire, en vertu d'une cession-bail (sale leaseback).

L'assemblée des actionnaires de l'exercice clos le 29 janvier 2012 est prévue le 15 février prochain, à Laval.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer