Jean Coutu profite de la vente d'actifs américains

En bourse

t.pjc.a
Le président et chef de la direction, François... (PHOTO: SHAUN BEST, REUTERS)

Agrandir

PHOTO: SHAUN BEST, REUTERS

Le président et chef de la direction, François J. Coutu, a fait valoir une «solide augmentation» des ventes au détail du réseau de Jean Coutu, en particulier celles de la section pharmaceutique, en dépit des réductions de prix des médicaments génériques.

(Montréal) Bien que le Groupe Jean Coutu (T.PJC.A) ait fait le deuil il y a belle lurette de ses avoirs aux États-Unis, sa participation dans la chaîne de pharmacies américaine Rite Aid lui vaut aujourd'hui un important héritage qu'il utilise pour valoriser son titre et moderniser son réseau de magasins au Québec.

Au cours du premier trimestre du nouvel exercice, l'entreprise de Longueuil a vendu 56 millions d'actions ordinaires de Rite Aid pour un montant total de 82,8 millionsde dollars, déduction faite des frais de transactions. Cette vente donne lieu à un important gain de capital puisque la valeur comptable du placement dans Rite Aid avait été radiée en totalité auparavant.

Jean Coutu avait obtenu 252 millions d'actions de Rite Aid, entre autres considérations, il y a cinq ans lorsque le groupe américain lui a racheté ses 1854 pharmacies Brooks et Eckerd. L'aventure en terre américaine de Jean Coutu s'était soldée par un échec et l'investissement avait été radié entièrement des livres. La capitalisation boursière de Jean Coutu avait ainsi fondu de 4 milliards, en 2007, à 1,7 milliard, en 2009.

Les 178 millions d'actions ordinaires de Rite Aid que Jean Coutu détient encore aujourd'hui lui valent également un gain sur papier de 226,2 millionsde dollars. Le placement est maintenant considéré à sa juste valeur marchande du placement puisque Jean Coutu n'a plus d'influence notable sur l'entreprise américaine.

Jean Coutu fait maintenant profiter ses actionnaires des fonds ainsi obtenus. L'entreprise a ainsi racheté 507 600 de ses propres actions avec droit de vote subalterne catégorie A à un prix moyen de 15,15$ l'action au cours de ce trimestre. Le dividende trimestriel a aussi été majoré de 16,7%, à 7 cents par action, en mai dernier.

Moderniser les installations

«Il y a plusieurs façons d'utiliser cet argent, en effet. Nous avons aussi des projets pour moderniser certaines de nos installations», a indiqué le président et chef de la direction, François J. Coutu, en téléconférence d'analystes avant l'assemblée des actionnaires, hier, au siège social du groupe à Longueuil.

Il a aussi attiré l'attention des analystes financiers sur les initiatives de son père, Jean Coutu, qui vend maintenant des vêtements dans les succursales des rues Saint-André et Sainte-Catherine.

Les recettes du Groupe Jean Coutu ont augmenté de 3,2% et atteignent 681,5 millions pour le trimestre terminé le 2 juin. Cette augmentation est attribuée à la croissance générale du marché ainsi qu'à l'expansion du réseau des établissements franchisés PJC. La hausse des recettes est survenue en dépit de l'impact déflationniste sur les produits, de l'introduction de la version générique de certains médicaments et des réductions du prix des médicaments génériques décrétées par le gouvernement du Québec.

Le résultat net avant postes extraordinaires s'élève à 51,7 millions (24 cents par action) pour le dernier trimestre, comparativement à 49,6 millions (22 cents par action) pour la période correspondante de l'année dernière. Les analystes s'attendaient exactement à ce résultat.

«Les ventes au détail de notre réseau, et en particulier celles de la section pharmaceutique, ont affiché une solide augmentation en dépit des réductions de prix des médicaments génériques», a souligné François J. Coutu. L'analyste Peter Sklar, de BMO Marché des capitaux, relève également cette performance obtenue malgré l'effet déflationniste des politiques québécoises.

Les actions de Jean Coutu étaient en légère hausse hier à la Bourse de Toronto. Elles s'échangeaient à 14,77$, un gain de 2 cents à la fermeture.

L'analyste Peter Sklar maintient sa cible de 17$ pour le titre qui a touché un sommet de 15,84$ au printemps. L'analyste de la Banque de Montréal compte parmi les deux analystes qui voient le titre comme un «achat» au cours actuel. Ils sont 10 autres à s'en tenir à une recommandation de «conserver».

---------------

JEAN COUTU REMONTE LA PENTE

[2012-2013 / 2011-2012]

Résultats du premier trimestre

Revenus 681,5 millions / 660,6 millions

Avant postes extraordinaires

Bénéfices nets 51,7 millions / 49,6 millions

Par action 24 cents / 22 cents

Après postes extraordinaires

Bénéfices nets 397,4 millions / 49,9 millions

Par action 1,81 $ / 22 cents

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer