Libre-échange interprovincial: projet de loi pour inclure la bière

Le Parti conservateur et sa chef Rona Ambrose... (Photo tirée de Twitter)

Agrandir

Le Parti conservateur et sa chef Rona Ambrose ont lancé il y a quelques mois la campagne «Free The Beer» pour réclamer libre circulation de la bière entre les provinces. L'élue n'hésite pas à faire circuler cette image d'elle jouant au beer pong dans sa résidence officielle de Stornoway pour faire la promotion de la campagne.

Photo tirée de Twitter

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(OTTAWA) L'accord de libre-échange interprovincial signé la semaine dernière à Toronto comporte de nombreuses lacunes et devrait inclure le commerce des boissons alcoolisées, déplore le Parti conservateur, qui a déposé un projet de loi à cet effet mardi matin à Ottawa.

« La liste des biens et services exclus de l'accord est ridicule », a lancé le député de Foothills John Barlow, à l'origine du projet de loi C-351.

« À l'heure actuelle, c'est plus facile pour un brasseur canadien de vendre sa bière aux États-Unis que dans une autre province canadienne », a-t-il ajouté pendant une conférence de presse.

Contourner la SAQ

Le projet de loi déposé mardi matin au Parlement vise à permettre aux brasseurs de bière et autres producteurs d'alcool de vendre directement aux consommateurs, sans passer par les autorités provinciales comme la Société des alcools du Québec (SAQ).

Les Conservateurs souhaitent aussi permettre aux Canadiens de transporter de l'alcool d'une province à une autre, ce qui est interdit par la loi à l'heure actuelle.

Selon le député conservateur Luc Berthold, qui prenait part à la conférence de presse, l'entente de libre-échange dévoilée vendredi dernier entre les provinces « ne règle pas tout, bien au contraire ».

« C'est même décevant, compte tenu que plus du tiers du document est constitué d'une liste d'exemptions », a-t-il lancé.

M. Berthold souligne que plusieurs obstacles se mettent dans le chemin des producteurs d'alcool canadiens, incluant la positon dominante des sociétés d'État comme la SAQ ou la LCBO en Ontario.

Un point de vue partagé par Robert Jackiewicz, président de la brasserie ontarienne Brew Box, qui participait à l'événement. « En éliminant la barrière entre les provinces, on encouragerait vraiment le commerce interprovincial. »

Divers secteurs de l'économie, comme l'énergie et les produits forestiers, sont exclus de l'accord de libre-échange interprovincial. L'entente doit entrer en vigueur le 1er juillet prochain, à temps pour le 150e anniversaire du Canada.

En entrevue à La Presse la semaine dernière, le ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains, a fait valoir que cet accord représente «  finalement un véritable marché commun » pour le Canada.




publicité

publicité

publicité

Blogues >

Blogues >

Le blogue immobilier

Le blogue immobilier

Merci, bonsoir

publicité

image title
Fermer