Les libéraux rejettent les offres non sollicitées de Davie pour des bateaux

Chantier Davie prétend qu'elle pourrait livrer les brise-glaces... (Photo Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Chantier Davie prétend qu'elle pourrait livrer les brise-glaces - pour achat ou location - à une fraction du coût et des années avant ceux que Seaspan planifie construire.

Photo Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Murray Brewster
La Presse Canadienne
Ottawa

La ministre des Services publics et de l'Approvisionnement, Judy Foote, a rejeté une série d'offres non sollicitées du Chantier Davie pour construire ou adapter une flotte de brise-glaces et de navires de soutien pour la garde-côtière.

Une déclaration du ministère - obtenue par La Presse Canadienne - confirme la réception des propositions, d'une valeur totale d'environ 1,7 milliard $, mais affirme que le gouvernement fédéral a choisi de ne pas y répondre.

Il y est aussi indiqué que le nouveau gouvernement libéral s'était engagé pleinement dans la stratégie nationale d'approvisionnement en matière de construction navale, qui a sélectionné les entreprises Seaspan de Vancouver et Irving Shipbuilding à Halifax pour les contrats fédéraux.

Les offres de l'entreprise établie à Lévis avaient le potentiel de nuire à Seaspan, qui s'apprête à construire plusieurs des navires proposés dans les offres non sollicitées.

Plus tôt cette semaine, Alex Vicefield, le président de la direction de l'entreprise-mère de Davie, avait déclaré que les soumissions avaient été bien reçues, mais n'avait pas voulu donner plus de détails.

L'entreprise prétend qu'elle pourrait livrer les brise-glaces - pour achat ou location - à une fraction du coût et des années avant ceux que Seaspan planifie construire.

Cette déclaration est la première réponse claire du ministère depuis que La Presse Canadienne a révélé plus tôt cette semaine que les offres - qui prévoyaient des retombées économiques de 1,5 milliard $ - étaient arrivées au bureau de Mme Foote.

Jusqu'à présent, le gouvernement s'obstinait à dire qu'il n'avait pas fait d'appel d'offres, réaffirmant son engagement dans la controversée stratégie nationale d'approvisionnement. La politique a été annoncée il y a près de cinq ans et aucun navire n'a encore été construit.

Les propositions du Chantier Davie se sont invitées dans le débat politique, jeudi, lorsque le premier ministre de la Nouvelle-Écosse a demandé à Ottawa de réitérer son engagement envers le projet de construction de plusieurs milliards de dollars.

Irving Shipbuilding, qui n'était pas concernée directement par les offres non sollicitées contrairement à Seaspan de Vancouver, a affirmé par voie de communiqué que le gouvernement fédéral avait sélectionné les deux chantiers lors d'une compétition ouverte et que beaucoup d'argent avait déjà été investi pour le programme.

«Ce que Davie suggère (...) est fondamentalement contradictoire à la compétition ouverte, équitable et robuste qu'il avait perdue», a déploré le président, Kevin McCoy.

M. Vicefield avait dit plus tôt cette semaine que les offres n'avaient pas été déposées dans le cadre du programme fédéral - rien n'empêchait le gouvernement de se procurer les bateaux déjà commandés. Les offres ont été proposées pour répondre à un besoin urgent, dans des circonstances fiscales difficiles, a-t-il ajouté.

«Nous offrons une solution complémentaire et rapide pour une fraction du coût», a-t-il affirmé.

Le Chantier Davie avait utilisé une stratégie similaire à l'égard du gouvernement fédéral lorsqu'il avait offert - et remporté - un contrat de plusieurs milliards de dollars pour fournir à la Marine un navire de ravitaillement sur une base temporaire.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer