Ottawa pourrait accumuler un déficit de 150 milliards d'ici cinq ans

Le rapport de la Banque TD estime qu'il... (PHOTO Etienne Ranger, Archives Le Droit)

Agrandir

Le rapport de la Banque TD estime qu'il faudra plus d'une décennie pour retrouver l'équilibre budgétaire, à moins que le gouvernement n'augmente les impôts ou ne réduise les dépenses.

PHOTO Etienne Ranger, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Andy Blatchford
La Presse Canadienne
OTTAWA

Une analyse effectuée par l'une des plus grandes banques du Canada indique que le gouvernement fédéral est en voie de générer un déficit budgétaire cumulé de 150 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années.

Le rapport de la Banque TD estime aussi que, compte tenu de l'approche privilégiée sur le plan fiscal, il faudra plus d'une décennie pour retrouver l'équilibre budgétaire, à moins que le gouvernement n'augmente les impôts ou ne réduise les dépenses.

L'institution a expliqué avoir obtenu ces chiffres après avoir recalculé les déficits prédits par Ottawa en prenant en considération les promesses électorales des libéraux et les prévisions de TD concernant la croissance économique, qui sont plus pessimistes que celles qui font consensus.

Les libéraux prévoient un manque à gagner d'au moins 18,4 milliards l'an prochain, un déficit qui, selon plusieurs observateurs, devrait plutôt atteindre 30 milliards dans le budget qui sera déposé le 22 mars.

Les récentes projections financières d'Ottawa ne comprenaient pas les milliards de dollars que les libéraux ont promis de dépenser, dont une partie importante servira probablement à financer les projets d'infrastructure qui doivent contribuer à relancer l'économie.

Durant la campagne électorale, les libéraux avaient promis de maintenir les déficits sous la barre des 10 milliards et de revenir à un budget équilibré après quatre ans. Ils ont toutefois rectifié le tir depuis, évoquant une situation économique morose.

En publiant une mise à jour économique la semaine dernière, le ministre des Finances, Bill Morneau, a insisté sur le fait que le point de départ du gouvernement était «beaucoup plus éloigné» que les libéraux l'avaient d'abord cru.

Les calculs de M. Morneau, surtout basés sur les estimations du secteur privé, incluent un 6 milliards additionnel par année qui, selon le gouvernement, est nécessaire pour tenir compte de tout risque éventuel.

La mise à jour fournit des prévisions pour les deux prochaines années alors que le rapport de TD concerne une période de cinq ans.

Le rapport prévient aussi que l'actuelle tendance risque de forcer les libéraux à abandonner un autre de leur engagement, celui de faire passer le ratio de la dette au PIB du Canada de 31 à 27 % en quatre ans.

TD prédit que ce ratio, qui représente la capacité du gouvernement à rembourser la dette, atteindra 36,1 % d'ici 2020-2021.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer