Économie canadienne: la Banque CIBC abaisse ses prévisions

Des économistes cités dans ce rapport de la... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Des économistes cités dans ce rapport de la CIBC affirment s'attendre à une modeste augmentation des prix des matières premières l'an prochain, après une croissance «un peu meilleure» en 2016 et en 2017.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Toronto

Pour la deuxième fois en quelques semaines, une grande banque canadienne a abaissé ses prévisions pour l'économie du pays.

Marchés mondiaux CIBC calcule maintenant que le produit intérieur brut (PIB) canadien ne croîtra que de 1,3% cette année, après ajustement pour l'inflation.

Sa prévision précédente, émise le mois dernier, misait sur une croissance de 1,7% pour 2016.

Le sentiment des investisseurs dans le monde est une importante source d'inquiétude pour l'économiste en chef de la Banque CIBC, Avery Shenfeld, puisqu'il a fait reculer les cours des actions, entraîné des changements sur le marché obligataire et encouragé l'accumulation d'argent par les ménages canadiens.

Mais M. Shenfeld effectue une mise en garde contre «une surdose de pessimisme».

D'autres économistes cités dans le même rapport de la CIBC affirment s'attendre à une modeste augmentation des prix des matières premières l'an prochain, après une croissance «un peu meilleure» en 2016 et en 2017 et la diminution des réserves de certaines ressources naturelles.

Le plongeon des prix mondiaux du pétrole et d'autres matières premières produites au Canada avait été une des principales raisons expliquant la réduction précédente des prévisions économiques de la CIBC, en décembre.

«Il est inhabituel pour nous de réévaluer les perspectives d'une année complète à peine un mois après les avoir publiées, mais d'un autre côté, nous traversons une période inhabituelle», a affirmé M. Shenfeld dans les prévisions dévoilées jeudi.

«Même si le PIB du pays est moins lourdement exposé au secteur des ressources naturelles qu'il ne l'était il y a un an, nous n'en sommes qu'aux premières étapes des effets négatifs de débordement dans les autres secteurs.»

Dans un rapport distinct aussi publié jeudi, la Banque Scotia a indiqué que son indice mensuel des matières premières avait reculé le mois dernier à un niveau inférieur de 21,3% au creux de la récession de 2008-2009. En décembre, le principal indice des ressources de la Scotia était de 83,5 points, en baisse de 4,9% par rapport au mois précédent.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer