Libre-échange Canada-UE: le bureau de Harper plus conciliant

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Un haut responsable de l'Union européenne (UE) a... (Photo Archives AP)

Agrandir

Photo Archives AP

Un haut responsable de l'Union européenne (UE) a affirmé que le bureau de Harper semblait plus «conciliant» quant à une résolution imminente des négociations sur le libre-échange entre le continent et le Canada, actuellement dans l'impasse.

Mike Blanchfield
La Presse Canadienne
Ottawa

Le bureau du premier ministre fédéral Stephen Harper semble plus «conciliant» quant à une résolution imminente des négociations sur le libre-échange entre le Canada et l'Union européenne (UE), actuellement dans l'impasse, a affirmé jeudi un haut responsable européen.

Peter Stastny, rapporteur de l'UE sur les négociations Canada-UE, s'est dit plus optimiste qu'il ne l'était il y a plusieurs mois.

«La bonne nouvelle est que je continue d'entendre des propos de plus en plus conciliants et optimistes, en particulier en provenance du bureau du premier ministre Harper», a déclaré M. Stastny lors d'un compte-rendu fait en présence du comité sur le commerce international du Parlement européen.

«Je suis probablement plus optimiste maintenant que je ne l'étais avant. Ça pourrait arriver à tout moment», a-t-il ajouté.

Le bureau de M. Harper minimise les écarts qui demeurent à combler relativement aux principales questions en litige, incluant le porc et le boeuf canadiens, les brevets de médicament et les approvisionnements provinciaux, a-t-il expliqué.

«Il s'agit de questions mineures qui devraient et pourraient être réglées», a déclaré M. Stastny.

«Ce que j'entends, de l'UE, mais principalement du Canada et du bureau du premier ministre, semble minimiser ces questions, et ils voient la fin d'un tunnel qui, avec un peu de chance, viendra très (...) bientôt», a ajouté M. Stastny, qui, dans une carrière précédente, était capitaine de l'équipe de hockey les Nordiques de Québec.

Néanmoins, M. Stastny a rappelé que deux importantes dates limites avaient déjà été ratées dans le cadre des négociations pour l'Accord économique et commercial global (AECG), entreprises il y a quatre ans par le Canada et l'UE.

Les deux parties souhaitent parvenir à une entente à temps pour qu'elle puisse être ratifiée par le Parlement européen avant l'an prochain. De la sorte, l'UE ne risquerait pas d'être distraite par ses négociations avec les États-Unis pour le Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (TTIP).

«Ça commence à être surchargé, a affirmé M. Stastny. Nous pourrions tous en profiter. La Commission (européenne) pourrait bénéficier de la conclusion de l'AECG avant que ne débute le TTIP.»

Ces propos font écho à ceux précédemment tenus par d'autres responsables européens, qui ont estimé que les entretiens entre le Canada et l'UE pourraient être mis en veilleuse une fois que les négociations entre l'UE et les États-Unis deviendront sérieuses.

Les responsables américains et européens ont entrepris leurs entretiens de façon formelle en juillet.

Le mois dernier, l'UE a largement cessé ses activités pour les vacances estivales, ce qui a eu pour effet de bloquer ses pourparlers sur le libre-échange avec le Canada.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer