Mark Carney au service de Sa Majesté

La Banque d'Angleterre à Londres... (Photo Reuters)

Agrandir

Photo Reuters

La Banque d'Angleterre à Londres

Rudy Le Cours
La Presse

La rumeur courait depuis le début de l'année, mais le principal intéressé l'avait toujours formellement démentie. Elle s'est pourtant matérialisée hier, à la surprise générale.

Mark Carney, gouverneur de la Banque du Canada, devient gouverneur de la Banque d'Angleterre pour un mandat unique de cinq ans. Il succédera à Mervyn King à compter du 1er juillet prochain.

Cela laisse amplement le temps de lui trouver un successeur. M. Carney reste en fonction à Ottawa jusqu'au 1er juin.

Dans leur communiqué publié simultanément, notre banque centrale et la Banque d'Angleterre précisent que Sa Majesté Élisabeth II avait approuvé avec plaisir (was pleased) la nomination de Mark Carney comme gouverneur de l'auguste institution de 318 ans dont le champ d'action couvre l'ensemble du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord. La nouvelle a été annoncée officiellement à Londres en Chambre par le chancelier de l'échiquier, George Osborne, et à Ottawa par le ministre des Finances, Jim Flaherty. M. Osborne a précisé que M. Carney, premier étranger à occuper cette haute fonction, allait demander la citoyenneté britannique. Sa femme, Diana Fox Carney, la détient déjà.

«Bien que j'envisage mon départ avec des sentiments pour le moins partagés, j'ai la conviction que le personnel exceptionnel et dévoué de la Banque poursuivra l'excellent travail qu'il a réalisé jusqu'ici», affirme M. Carney dans la lettre adressée à ses employés.

Pour trouver un successeur à M. Carney, qui avait commencé son mandat de sept ans en février 2008, le conseil d'administration de la Banque du Canada mettra sur pied un comité spécial chargé de piloter le processus de recrutement d'un neuvième gouverneur de l'institution fondée en 1935. Les huit premiers étaient anglophones.

Si le premier sous-gouverneur Tiff Macklem paraît détenir une longueur d'avance aujourd'hui, rien n'est joué. Ni M. Carney ni son prédécesseur David Dodge ne travaillaient à la Banque au moment de leur nomination.

D'ici à la nomination de son successeur, M. Carney va sans l'ombre d'un doute poursuivre la politique monétaire actuelle: affirmer que la Banque entend hausser son taux directeur «au fil du temps», ce qui signifie qu'il ne bougera pas prochainement.

Le taux cible de financement à un jour est fixé à 1% depuis septembre 2010. C'est néanmoins le taux directeur le plus élevé du G7.

La conjoncture internationale et, surtout, la faiblesse de l'inflation canadienne (1,2% en octobre) ont empêché M. Carney et son équipe de normaliser le taux directeur qui est négatif en termes réels. Le taux cible est celui auquel la Banque souhaite voir les institutions financières se prêter entre elles durant 24 heures. Leur taux privilégié, consenti à leurs meilleurs clients, évolue en fonction du taux directeur.

Plusieurs rôles

Sous la direction de M. Carney, la Banque n'a pas eu besoin de recourir à la planche à billets pour relancer l'économie, comme c'est le cas de la Réserve fédérale américaine ou de la Banque d'Angleterre.

Cette dernière concentrera plus de pouvoirs que toute autre banque centrale. En plus de piloter la politique monétaire et de veiller à la sécurité des billets de banque, ainsi qu'à la stabilité du système financier, comme la Banque du Canada, la Banque d'Angleterre agira en tant qu'autorité des marchés financiers à compter de l'entrée en fonctions de M. Carney.

La Banque supervisera aussi les institutions avec activités de dépôt, les compagnies d'assurances, les banques d'affaires et les chambres de compensation, autant de responsabilités qui incombent chez nous au Bureau du surintendant des institutions financières.

«M. Carney est tout simplement la meilleure personne et la plus expérimentée du monde pour devenir le prochain gouverneur de la Banque d'Angleterre, a indiqué M. Osborne. Il apportera les perspectives nouvelles dont nous avons besoin.»

À elle seule, la conduite de la politique monétaire ne sera pas une mince affaire.

Le taux directeur est fixé à 0,50% depuis mars 2009, même si l'inflation dépasse la cible de 2% depuis la fin de 2009.

La Banque est aussi engagée dans de la détente quantitative, bien que dans une moindre mesure que la Fed, qui n'a pas de problème d'inflation.

Le système bancaire britannique a durement été éprouvé par la crise financière. Car deux de ses cinq plus grandes institutions, la Royal Bank of Scotland et la Lloyd's, sont toujours partiellement nationalisées.

En plus de gouverner la Banque d'Angleterre, M. Carney devra continuer de présider le Conseil de la stabilité financière du G20, qui planche sur un projet de réglementation du système bancaire parallèle en vue de son adoption l'an prochain. C'était d'ailleurs le sujet de sa dernière conférence prononcée à Montréal, le 8 novembre.

M. Carney affirme que «ce fut un privilège d'occuper la fonction de huitième gouverneur de la Banque du Canada».

BANQUE DU CANADA

Fondée en 1935

Relève du ministère des Finances, mais jouit d'une grande autonomie

Mandats

> Contrôler l'inflation en visant un taux annuel de 2%

> Gérer la création et la distribution de billets de banque sûrs

> Préserver la stabilité financière

> Administrer la dette publique canadienne

> Gérer les réserves de change

---------------

BANQUE D'ANGLETERRE

Fondée en 1694

Nationalisée en 1946

Devenue indépendante en 1997

Mandats

> Préserver la stabilité financière

> Diriger la politique monétaire en fonction d'une cible d'inflation fixée par le chancelier de l'échiquier

> Émettre des billets de banque sûrs en Angleterre et au pays de Galles (la Banque d'Écosse est émettrice sur son territoire)

À compter du 1er juillet 2013

> Supervisera les institutions financières

> Agira à titre d'autorité des marchés financiers

--------------

PARCOURS DE MARK CARNEY (47 ANS)

SCOLAIRE

1988

Baccalauréat en économie (Université Harvard)

1993

Maîtrise en économie (Université Oxford)

1995

Doctorat en économie (Université Oxford)

PROFESSIONNEL

1990 à 2003

Financier chez Goldman Sachs à Londres, New York, Tokyo et Toronto

2003

Sous-gouverneur à la Banque du Canada

2004

Sous-ministre délégué au ministère des Finances du Canada

2008-2012

Gouverneur de la Banque du Canada

2011

Président du Forum sur la stabilité financière du G20

26 novembre 2012

Nommé prochain gouverneur de la Banque d'Angleterre

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer