La valeur des marques BlackBerry et Bombardier en baisse

La valeur des marques BlackBerry, Bombardier et Loblaws a baissé ... (Photo Associated Press)

Agrandir

Photo Associated Press

  •  

    Sylvain Larocque

La valeur des marques BlackBerry, Bombardier et Loblaws a baissé substantiellement depuis le début de l'année, selon une étude de Brand Finance.

Entre janvier et septembre, BlackBerry a chuté du cinquième au 10e rang des marques ayant la plus grande valeur au Canada, conclut la firme britannique. Celle-ci estime que la valeur du nom BlackBerry atteint actuellement 3,3 milliards $, contre 4,4 milliards $ en janvier.

Brand Finance rappelle que la marque de Research In Motion (T.RIM) a perdu des parts de marché aux mains d'autres fabricants de téléphones mobiles et que les ventes de sa tablette PlayBook ont déçu jusqu'ici.

Bombardier (T.BBD.B) a également reculé dans le classement, passant de la troisième à la septième place. La valeur de la marque est désormais de 4 milliards $, contre 5 milliards $ en janvier.

Brand Finance explique la dégringolade de la multinationale québécoise par la perte d'importants contrats au cours des derniers mois. Bombardier a notamment été écarté du projet Thameslink, en Angleterre, et de celui du train léger d'Honolulu, à Hawaii. C'est sans compter que les commandes d'avions CSeries demeurent relativement modestes.

La chaîne de supermarchés Loblaws (T.L) a quant à elle glissé du quatrième au neuvième rang.

Parmi les marques qui montent, on trouve Bell (T.BCE), qui passe du huitième au quatrième rang, la Banque CIBC (T.CM), qui passe de la 10e à la sixième place et la Banque Scotia (T.BNS), qui gagne trois places pour terminer au troisième rang, derrière la Banque Royale, première, et la Banque TD, deuxième.

Brand Finance souligne que les grandes marques canadiennes ont connu un meilleur sort que celles du reste du monde en 2011. Alors que la valeur des 15 marques les plus connues au pays a crû globalement de cinq pour cent, celle des 100 plus grandes marques mondiales a diminué de deux pour cent, évalue la firme.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer