La Norvège renonce à une «taxe Tesla»

Aussitôt surnommée «taxe Tesla», car elle touchait en... (Photo SUSANA BATES, archives Agence France-Presse)

Agrandir

Aussitôt surnommée «taxe Tesla», car elle touchait en premier lieu les luxueux modèles du constructeur américain, la proposition aurait renchéri le prix d'achat d'une Tesla X neuve d'environ 70 000 couronnes (7500 euros).

Photo SUSANA BATES, archives Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Oslo

La Norvège, leader mondial de la voiture zéro émission, va renoncer à une «taxe Tesla», mesure contestée qui visait à réduire les avantages fiscaux accordés aux grosses berlines électriques.

Le projet de cette taxe, qui devait être appliquée en 2018, a été enterré après un compromis budgétaire entre le gouvernement de droite et ses alliés de centre-droit, présenté mercredi soir.

«C'est un jour de joie», s'est félicitée Christina Bu, secrétaire générale de l'Association de la voiture électrique.

Gros producteur d'hydrocarbures, la Norvège a pourtant mis en place de nombreuses mesures incitant à l'achat de voitures électriques: celles-ci bénéficient notamment d'une fiscalité quasi nulle, rendant leur prix d'achat très compétitif.

Résultat: les voitures zéro émission représentent plus de 20 % des nouvelles immatriculations, une part sans équivalent dans le monde.

Dans son projet de loi de finances, le gouvernement avait cependant proposé en octobre de supprimer une des exemptions fiscales pour les voitures électriques de plus de 2 tonnes.

Aussitôt surnommée «taxe Tesla», car elle touchait en premier lieu les luxueux modèles du constructeur américain, la proposition aurait renchéri le prix d'achat d'une Tesla X neuve d'environ 70 000 couronnes (7500 euros).

Allié essentiel du gouvernement minoritaire, le Parti libéral s'y opposait, faisant notamment valoir qu'un accord de 2015 prévoyait le maintien des exemptions fiscales jusqu'en 2020.

La Norvège s'est fixé un objectif ambitieux: dès 2025, toutes les voitures neuves vendues sur son sol devront être zéro émission.

Alimenté par une électricité propre d'origine presque totalement hydraulique, le pays n'a pas d'autre choix que de se concentrer sur le secteur des transports s'il veut atteindre ses objectifs de réduction d'émissions de gaz à effet de serre, à l'origine du réchauffement climatique.




publicité

publicité

publicité

publicité

la liste:3762:liste;la boite:318296:box

À lire sur La Presse Affaires

Précédent |

publicité

image title
Fermer