GM vend Opel pour 2,3 milliards US

Opel est en déficit chronique depuis de nombreuses... (AP)

Agrandir

Opel est en déficit chronique depuis de nombreuses années, ayant encore perdu 257 millions de dollars US l'année dernière. GM n'a pas rapporté une seule année complète de profits en Europe depuis 1999 mais PSA vise un retour la rentabilité d'Opel et de Vauxhall dans les trois prochaines années,

AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Angela Charlton, Tom Krisher
La Presse Canadienne
Paris

General Motors a annoncé lundi la vente de sa division européenne déficitaire à la société française Groupe PSA, propriétaire des marques Peugeot et Citroën, dans le cadre d'une transaction qui fait en sorte que le constructeur américain se retire d'un important marché.

Avec cette vente de 2,2 milliards d'euros (2,33 milliards de dollars US), GM cède ses marques - Opel en Allemagne et Vauxhall au Royaume-Uni - qui lui ont assuré depuis les années 1920 une présence dans le troisième marché automobile en importance dans le monde.

Toutefois, ces marques ont accumulé des pertes de 20 milliards US depuis 1999 - dernière année où elles ont été rentables.

Pour le Groupe PSA, cette acquisition lui permet de devenir le deuxième constructeur automobile européen en importance après Volkswagen.

«Cette transaction vient changer la donne pour PSA», a affirmé son président et chef de la direction, Carlos Tavares.

De son côté, la présidente et chef de la direction de GM, Mary Barra, a fait savoir aux analystes que le constructeur automobile établi à Detroit pourrait se délester d'autres marques.

Elle a affirmé que l'entreprise avait du travail à faire sur la scène internationale, ajoutant que d'autres transactions pourraient être conclues si les situations problématiques ne sont pas résolues.

Depuis Paris, Mme Barra a indiqué que la décision de quitter l'Europe était «difficile pour GM», mais qu'elle croyait qu'il s'agissait de la bonne voie à emprunter.

La décision des Britanniques de quitter l'Union européenne, ce qui a fait chuter la valeur de la livre, a pesé dans la balance, a dit la dirigeante de GM.

La transaction, à laquelle participe aussi la banque française BNP Paribas, permet à PSA de mettre la main sur plus de 12 usines qui emploient environ 40 000 personnes.

La transaction doit toutefois recevoir les approbations réglementaires habituelles. Elle devrait être complétée en fin d'année. Si on ne prévoit pas de licenciements pour l'instant, les analystes ont dit croire que ce scénario serait inévitable à plus long terme.

Opel et Vauxhall ont vendu seulement 1,2 million de véhicules l'an dernier, selon GM.




publicité

publicité

publicité

publicité

la liste:3762:liste;la boite:318296:box

À lire sur La Presse Affaires

Précédent |

publicité

image title
Fermer