Alliance entre constructeurs chinois et mexicain pour fabriquer des VUS

L'annonce de ce partenariat a été faite par... (Photo Carlos Jasso, REUTERS)

Agrandir

L'annonce de ce partenariat a été faite par entre autres le ministre mexicain de l'économie, Ildefonso Guajardo (au centre), alors que le président américain Donald Trump menace d'imposer des taxes douanières élevées aux entreprises qui délocalisent leur production au Mexique.

Photo Carlos Jasso, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Le constructeur automobile chinois JAC Motors et une société mexicaine vont investir ensemble 212 millions de dollars dans une usine qui produira des VUS, dans le centre du Mexique, ont annoncé mercredi les autorités locales.

L'accord qui intervient en pleine tension diplomatique et commerciale entre les États-Unis et le Mexique augmentera la capacité de production de cette usine, propriété de l'entreprise mexicaine Giant Motors Latinoamerica, implantée à Ciudad Sahagun, dans l'État de Hidalgo (centre).

Le directeur de Giant Motors, Elias Massri, a indiqué que la production devrait débuter le 28 mars avec 1000 véhicules la première année et l'objectif d'atteindre 10 000 véhicules par an en 2021.

L'usine, qui fabrique déjà des camions pour la marque chinoise FAW, produira deux modèles VUS, pour JAC.

Ces véhicules seront vendus au Mexique, en Amérique centrale et en Amérique du Sud.

L'annonce de ce partenariat a été faite alors que le président américain Donald Trump menace d'imposer des taxes douanières élevées aux entreprises qui délocalisent leur production au Mexique.

«Quand vous ne pouvez pas regarder uniquement vers le nord, vous pouvez alors regarder vers l'Orient», a déclaré le gouverneur de l'État de Hidalgo, Omar Fayad, lors d'une conférence de presse à Mexico.

Mis sous pression par Donald Trump, le géant automobile américain Ford a annoncé le mois dernier qu'il annulait un projet de construction d'une usine pour un montant de 1,6 milliard de dollars à San Luis Potosi, au nord du Mexique.

Le président a également menacé de lourdes taxes les constructeurs General Motors et Toyota.

Le Mexique est le quatrième exportateur d'automobiles au monde.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer