Exclusif

Une partie du Grand Prix à vendre

Le propriétaire du Grand Prix du Canada serait... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le propriétaire du Grand Prix du Canada serait prêt à céder 50% de ses actions et aurait déjà discuté avec au moins deux entreprises québécoises: Attraction Media et Stingray.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une partie du Grand Prix du Canada est à vendre. Fort d'une entente de 10 ans avec la F1 pour la présentation du Grand Prix à Montréal, le promoteur de la course François Dumontier a eu des discussions au cours des derniers mois avec des entreprises de Québec inc. ainsi que des grandes entreprises américaines de l'industrie du divertissement afin d'accueillir de nouveaux investisseurs au sein de son entreprise, Groupe de course Octane.

Plusieurs scénarios sont envisagés, incluant la vente d'une participation jusqu'à 50 % des actions du Groupe de course Octane, détenu actuellement à 100 % par François Dumontier. Selon nos informations, au moins deux entreprises québécoises ont discuté avec le Groupe de course Octane : Attraction Média et Stingray. Le Groupe CH a indiqué à La Presse ne pas avoir de discussions actuellement en vue d'un partenariat.

« Je parle à plusieurs personnes, a dit François Dumontier en entrevue à La Presse. J'estime qu'actuellement, nous [le Groupe de course Octane] avons une valeur, et je regarde mes options comme tout homme d'affaires. C'est un processus normal. »

« Je suis à un an de mon nouveau contrat [de 10 ans avec la F1]. En tant qu'entrepreneur, ma valeur actuelle est meilleure actuellement que l'an dernier ou que dans cinq ans. »

Le Groupe de course Octane est le promoteur... (PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Le Groupe de course Octane est le promoteur local du Grand Prix du Canada depuis 2010 en vertu d’une entente avec Formula One Management, l’entreprise dirigée par Bernie Ecclestone qui possède les droits sur les Grands Prix de F1 à travers le monde.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Le Groupe de course Octane est le promoteur local du Grand Prix du Canada depuis 2010 en vertu d'une entente avec Formula One Management, l'entreprise dirigée par Bernie Ecclestone qui possède les droits sur les Grands Prix de F1 à travers le monde. 

Formula One Management a une entente distincte avec les différents paliers de gouvernements, qui lui versent 18,7 millions par année pour la présentation du Grand Prix au Canada. Le Groupe de course Octane organise donc la course comme promoteur local, ne touche pas aux subventions et assume sa partie du risque financier conformément à son contrat avec Formula One Management. « C'est moi qui prends le risque », dit François Dumontier, qui est, à 48 ans, le deuxième plus jeune promoteur sur le circuit de la F1.

Discussions précédentes

Ce n'est pas la première fois que François Dumontier discute pour accueillir de nouveaux actionnaires au sein de son entreprise. Entre 2011 et 2013, l'homme d'affaires montréalais avait discuté avec des entreprises américaines dans le cadre du projet d'une course de F1 au New Jersey. Ces entreprises américaines « avaient un intérêt dans le Grand Prix du Canada », selon M. Dumontier. Mais le projet au New Jersey a tombé à l'eau et M. Dumontier a dû attendre à juin 2014 pour renouveler son entente de promoteur du Grand Prix du Canada, pour 10 ans.

Fort de sa nouvelle entente de 10 ans comme promoteur local du Grand Prix du Canada, François Dumontier a donc relancé les discussions avec ces grandes entreprises américaines de l'industrie du divertissement afin d'accueillir de nouveaux investisseurs au sein du Groupe Octane. Il a aussi lancé des discussions avec des entreprises de Québec inc.

« J'ai eu des approches par des groupes étrangers, dit François Dumontier. Dans mon évaluation, j'analyse les partenaires locaux mais ça pourrait aussi finir avec un partenaire étranger. » 

« Je suis Montréalais, j'ai fait ma carrière sur l'île Notre-Dame à Montréal, le Grand Prix est une institution pour Montréal et on fêtera les 50 ans de la F1 à Montréal en 2017. J'explore un peu [au sein de Québec inc.] avant de rentrer du capital étranger. » 

Selon nos informations, au moins deux entreprises québécoises ont discuté avec Groupe de course Octane : Attraction Média et Stingray. Attraction Média est un groupe de divertissement qui est l'un des plus importants producteurs télé au Québec, en plus de posséder 10 stations de radio régionales et une maison de production publicitaire. Stingray est une entreprise montréalaise de diffusion musicale au Canada et à l'international. Les deux entreprises n'ont pas commenté ce dossier, et M. Dumontier n'a pas précisé l'identité de ses interlocuteurs tant au Québec qu'à l'international.

Le Groupe CH ne discute pas

Le Groupe CH, un joueur important dans l'industrie québécoise du divertissement, a toutefois confirmé à La Presse ne pas avoir de discussions avec le Groupe de course Octane. « Nous n'avons pas de discussions en vue d'un partenariat », a dit Donald Beauchamp, vice-président principal aux communications du Canadien de Montréal (Groupe CH). En 2013, Geoff Molson, actionnaire et président du Groupe CH, avait rencontré le grand patron de la F1 Bernie Ecclestone, selon La Presse.

S'il parvient à s'entendre avec de nouveaux actionnaires, François Dumontier entend toutefois garder une participation importante dans le Groupe de course Octane, et continuerait d'être le principal dirigeant de l'entreprise.

Recherche d'un commanditaire

Un autre dossier qui pourrait influencer l'arrivée de nouveaux actionnaires au sein du Groupe de course Octane : la recherche d'un commanditaire en titre pour le Grand Prix du Canada, qui n'en a pas depuis 2003 (voir texte suivant). Groupe de course Octane estime la valeur de cette commandite à environ 6 millions par année (le budget annuel du Grand Prix est d'une trentaine de millions). 

Groupe de course Octane est-elle une entreprise rentable ? L'entreprise ne dévoile pas ses états financiers. « Ça fait cinq ans que je n'ai pas de commanditaire majeur et j'ai renouvelé quand même mon contrat de promoteur, répond François Dumontier. En tant d'homme d'affaires, je suis satisfait de notre performance et je me suis embarqué pour les 10 prochaines années. »

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer