Molson choisit Longueuil pour sa nouvelle usine

Plusieurs sources ont confirmé à La Presse que... (Photo Robert Skinner, Archives La Presse)

Agrandir

Plusieurs sources ont confirmé à La Presse que Molson Coors se prépare à déménager son usine de Montréal à Longueuil sur un terrain près de l'aéroport de Saint-Hubert et de l'Agence spatiale.

Photo Robert Skinner, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Molson Coors se prépare à déménager son usine de Montréal à Longueuil sur un terrain près de l'aéroport de Saint-Hubert et de l'Agence spatiale. Sur le site de l'ancienne usine, un bâtiment patrimonial, près du pont Jacques-Cartier, on prévoit créer un Musée de la bière qui soulignera la contribution de la famille Molson à l'histoire de Montréal.

Selon des informations obtenues par La Presse, Molson... (Photo François Roy, Archives La Presse) - image 1.0

Agrandir

Selon des informations obtenues par La Presse, Molson Coors prévoit ouvrir un Musée de la bière qui soulignera la contribution de la famille Molson à l'histoire de Montréal, sur le site de l'ancienne usine, près du pont Jacques-Cartier.

Photo François Roy, Archives La Presse

Plusieurs sources ont confirmé le projet à La Presse. La nouvelle usine sera à la pointe de la technologie et nécessitera un investissement d'environ 600 millions de dollars. La proximité des autoroutes a pesé lourd dans le choix de l'emplacement, explique-t-on. 

Montréal avait proposé des terrains dans l'est de l'île, près de la Métropolitaine, sites qui n'auraient pas mis à l'abri de la congestion le transport des matières premières ou l'expédition de la bière produite. Selon une source, l'un des terrains proposés était de surcroît contaminé et les superficies offertes étaient insuffisantes pour le projet envisagé par Molson.

Les discussions entre Molson et Longueuil se sont poursuivies tout l'été. La famille Molson n'a pas voulu procéder à l'annonce avant les élections de dimanche dernier - elle a toujours eu de bons rapports avec Denis Coderre.

Du côté de Molson, toutefois, on dit ne pas commenter les rumeurs. « La décision n'est pas prise », affirme le porte-parole de Molson Coors, François Lefebvre. Il a ajouté qu'il avait demandé dans les derniers jours qu'une rencontre ait lieu entre les dirigeants de Molson Coors et la mairesse Valérie Plante « pour faire des suivis dans le cadre de notre dossier ».

La nouvelle mairesse de Montréal n'a d'ailleurs pas jeté l'éponge. Elle compte rencontrer cet après-midi Geoff Molson lors d'un match des Canadiennes, au Centre Bell. Bien qu'il s'agisse d'une rencontre dans un cadre informel, la nouvelle mairesse compte bien aborder les questions d'investissements de Molson à Montréal pour les prochaines années, indique son attaché de presse, Marc-André Viau. 

« Le maintien des installations de Molson à Montréal va sûrement faire partie de la discussion. »

- Marc-André Viau, attaché de presse de la mairesse Valérie Plante

Sur la qualité des offres faites par Montréal à Molson, M. Viau a rappelé que Mme Plante et son équipe ne prendraient possession de l'ensemble des dossiers que la semaine prochaine.

Certains proches du dossier estiment le projet « canné » et s'attendent à une annonce d'ici la fin de l'année. Molson a déjà prévenu le syndicat des employés qu'elle allait déménager l'usine, sans toutefois préciser quel serait le nouvel emplacement, et promis des « mesures facilitantes ».

Un plan de communication a même été conçu pour faire accepter la décision aux Montréalais et aux Longueuillois.

À Montréal, Molson annoncera la réalisation d'un Musée de la bière sur le site de l'usine actuelle. On estime qu'environ le quart de la superficie de l'édifice actuel est « patrimonial », remontant à la fondation de 1786 jusqu'au XIXe siècle, et sera conservé pour le centre d'interprétation. Le projet voudra aussi souligner la contribution de la famille Molson à l'histoire de la métropole.

Du côté des contribuables de Longueuil, le passage sera plus délicat. Lors de la dernière séance du conseil municipal, le 19 septembre dernier, Longueuil a adopté un crédit de taxes pour une durée de cinq ans afin de favoriser l'implantation d'entreprises dans sa zone aéroportuaire. 

Pour en bénéficier, une entreprise devra avoir réalisé des travaux de construction (pour une valeur foncière d'au moins 3,5 millions) sur un terrain nouvellement vendu par la municipalité. Il s'agit d'une mesure fiscale régressive, c'est-à-dire que le crédit de taxes sera de 100 % la première année, puis de 75, de 50 et de 25 % pour les deux dernières années d'application.

- Avec la collaboration de Kathleen Lévesque et d'André Dubuc, La Presse




publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer